AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Et alors ? [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Effie Aden
Mutant de classe 3
Mutant de classe 3
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 21/05/2013
Age : 31
Age du perso : 22 ans physiques / 4 ans en vrai
Pouvoir du perso : Super-force
Humeur du perso : Cool

MessageSujet: Et alors ? [Libre]   Jeu 23 Mai - 20:33

La "rentrée des classes", Effie ne connaissait pas directement, mais il lui semblait que ce jour en avait la tronche. La miss rentrait en effet à "la maison" après les derniers fériés, dont elle avait profité pour partir en vacances. Des vacances, un mot bien pompeux pour les quelques trois jours passés hors du complexe, dans le Hilton new-yorkais dont elle avait retourné une piaule comme une star de glam-rock après un concert de furieux.
Plus banalement, la semaine qui s'en venait annonçait son vent de changement, avec le récent arrivage de nouvelles têtes dont parlaient les gestionnaires de DNA. Un beau bazar assorti d'une remise à zéro sur des tas de plans... Même que les chambres allaient être réattribuées, bref un sacré chambardement que Effie s'apprêtait à accueillir avec son entrain caractéristique.

Pour faire bonne mesure, la jeune et énergique clone se présenta sur son lieu de travail sur les coups des 9h, après une entrée remarquée de son bolide sur le parking réservé aux membres d'Echelon. La Ford Mustang blanche de miss Effie avait le don de ne pas passer inaperçue, surtout à cause de la conduite très "sportive" de sa malade de pilote qui se gara dans un crissement de pneus dénotant une allure excessive dans cette zone limitée à 30 km/h. La pilote qui sortit de son carrosse un instant plus tard, clope au bec, se dirigea tranquillement vers son coffre dont elle tira son uniforme customisé avant de verrouiller la voiture d'un bip de clef électronique.

Effie honorait l'été approchant, d'une tenue légère constituée d'une jupe noire évasée s'arrêtant aux genoux et d'un t-shirt dont la couleur orange était assez vive pour la rendre repérable à 1 km à la ronde. C'était le genre de vêtements qu'elle n'avait pas fini de mettre, comme les beaux jours se succédaient sans discontinuer, le tout avec une progressive et agréable hausse des températures.
Tout de go, la miss pénétra dans le bâtiment des Echelon, et se dirigea naturellement vers le lobby pour y siroter un truc en attendant l'arrivée de ses collègues ou supérieurs. Après avoir déposé son uniforme sur le dossier d'un fauteuil, elle se tourna vers les porte-documents muraux où l'on déposait régulièrement lettres et documents aux membres de la petite milice. A son grand étonnement, elle trouva du courrier dans le casier portant son nom.

" Woot, du courrier !" s'exclama-t-elle jovialement en se saisissant d'une enveloppe au tampon de la société. Sans perdre un instant, elle ouvrit cette dernière avec une certaine impatience, bien curieuse de savoir ce qu'elle allait y trouver... Peut-être une lettre lui signifiant qu'elle avait été augmentée, ou mieux, deux billets pour aller voir un bon concert ou à défaut, un match de baseball ? Non, la NBA, c'était plus probable, les Yankees cartonnaient en ce moment.
Elle lut donc le courrier :

Citation :
"A l'attention de miss Aden, membre de la division Alpha d'Echelon.

Voici un bon pour commander un nouvel uniforme à la lingerie du complexe, pour remplacer celui que vous avez déchiré. Tâchez de porter ce nouvel uniforme dans un état impeccable lors de la prochaine inspection. Son coût sera évidemment déduit de votre prochain solde.

Mortimer Hamilton, directeur des opérations d'Echelon."

"Maiiiiiis putaiiiiin !"

Elle faillit déchirer le fameux bon de commande, tant cette nouvelle lui déplut - c'est un euphémisme. Ce directeur ne comprenait rien ! Non, il n'était pas fichu de comprendre que les manches longues, c'était la loose sur toute la ligne, et qu'il n'était pas question que Effie Aden ait une mise de looseuse ! En plus, elle n'avait même pas déchiré son ancien uniforme, elle avait fait une découpe propre et même un ourlet !

"M'en fous, j'irai pas d'abord..." conclut-elle en remettant le bon de commande dans le compartiment des courriers, et tirant énergiquement sur sa cigarette pour calmer ses ardeurs. En tout cas, la journée commençait moins bien que prévue.

_________________


- Bad, motherfucker -
> Effie's in da place <
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thefacultychronicles.over-blog.com/
Ariel von Rothschild
Mutant de classe 3
Mutant de classe 3
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 22/05/2013
Age du perso : 26 ans
Pouvoir du perso : P-Boost
Humeur du perso : Onctueuse

MessageSujet: Re: Et alors ? [Libre]   Sam 25 Mai - 3:23

Code:
youtu.be/otQ6ndfFTFM?t=1m30s

Aujourd'hui, c'était sept heures. Levé à sept heures, après sept heures de sommeil. Les études étaient formelles, elles concordaient toutes : sept heures étaient le temps de repos parfait, celui qui garantissait la meilleure espérance de vie, la meilleur acquisition des connaissances, la meilleure récupération physique. Bien loin des lascives huit heures quinze appropriées pour un citadin un tantinet oisif, du genre métro, boulot, et dodo ; dodo. Sept heures, c'était un sommeil de pro, un rythme de vie digne du capitaine d’Échelon qu'Ariel était. Depuis pas longtemps, du reste, il n'avait été prévenu qu'à peine un mois auparavant. Lorsque les équipes d'échelon avaient été formées en réponse aux événements de mai, il avait été nommé capitaine de l'escadron alpha. Ça n'avait pas vraiment été une surprise. Il savait qu'il était objectivement le meilleur pour ce poste, et c'était tant mieux.

Le jeune homme avait mangé avec distinction son déjeuner, un repas tout aussi sain que l'avait été son repos. Il avait mis ce temps à profit pour songer à son affectation. C'était assurément une promotion dont il était fier, sans en faire trop l'étalage. Les envieux étaient partout, et surtout parmi ses amis. Toutefois, pas encore de mission sur le terrain, il connaissait à peine ses coéquipiers, pour les avoir côtoyés, pour quelques uns, sur les bancs de l'IGS. Cela n'était pas sans générer un stress supplémentaire, évidemment. La formation qu'ils avaient reçue était de toute évidence excellente, mais il en fallait plus que ça pour qu'Ariel soit sûr de lui. Surtout qu'il savait que plusieurs d'entre-eux étaient des clones. Ces derniers étaient excellents dans les salles d'entraînement, mais en situation réelle, à l'extérieur ? Ils avaient beau avoir suivi un programme accéléré d'ouverture au monde, on ne créait pas un jeune adulte complet en si peu d'années.

Une heure à courir, en guise d'échauffement. Le matin, c'est mieux pour ne pas attraper des coups de soleil, surtout avec le climat de ces derniers jours, de pire en pire. La routine : il fallait s'entretenir soi-même avec sérieux, son poste impliquait qu'il soit responsable. Un baladeur, écouteurs sur les oreilles, une musique de chambre pour vents qu'il pouvait apprécier tout en démarrant la machine musculaire. Survêtements noirs rayés jaune, casquette, lunettes rétro. Même comme ça, il faisait soigné. Le capitaine appréhendait plus qu'il ne doutait. Il accordait toute sa confiance aux dirigeant de DNA, et en leur capacité à lui fournir des coéquipiers viables, quand bien même au fond, ils n'étaient que des enfants.

Puis il rentra pour prendre un verre, au lobby, parce que l'effort et la chaleur, ça donne soif. Généralement, il n'y avait pas grand monde à cette heure. Parfois même il ne croisait personne. Aujourd'hui, il y avait quelqu'un. Pas n'importe qui, un membre de son équipe à lui. C'est à dire un de ses subordonnés. Sensation étrange, pour quelqu'un qui débute dans le commandement. Il avait déjà eu des gens à qui donner des ordres, de fait, lorsqu'il avait son petit empire dans son école de la côte ouest, mais le fait que ce soit officiel, indiscutable et indiscuté, c'était quelque-chose. Celle-ci était cataloguée super force, une clone qui avait -il avait mémorisé l'essentiel du dossier de tous ses coéquipiers- même pas cinq ans. L'âge de sa petite sœur. Bien, songea-t-il, à cet âge là, on est propre.

-Tant de fureur de si bon matin, miss ? On a des diables dans la tête ? lança-t-il calmement.

Non sans s'interroger sur le motif de la colère soudaine, Ariel était arrivé au moment critique où sa jeune partenaire regardait avec un regard vaguement haineux un bout de papier coloré, avant de le mettre de côté en pestant. Il regarda d'un œil malicieux la cigarette. Les progrès fait par la médecine au cours des dernières années rendait sa consommation beaucoup moins dangereuse, et elle avait reprise de plus belle. Fumer dans ce local était-il interdit ? Ça ne le dérangeait pas plus que ça, il n'était pas à son premier instant de tabagisme passif. D'un pas chaloupé, le capitaine s'approcha de la clone, lui adressa un léger sourire. Il se baissa pour vérifier s'il n'avait pas lui-même du courrier, tout en augmentant sensiblement le son de son baladeur. Une mélodie classique mais complexe s'en échappa.

-Du Stravinsky, commenta-t-il. Le contrepoint poussé à son paroxysme. Ça peut calmer, en cas de nouvelle fâcheuse... ou de convocation pénible.

_________________


- Sometimes you just need to be with me -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie Aden
Mutant de classe 3
Mutant de classe 3
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 21/05/2013
Age : 31
Age du perso : 22 ans physiques / 4 ans en vrai
Pouvoir du perso : Super-force
Humeur du perso : Cool

MessageSujet: Re: Et alors ? [Libre]   Sam 25 Mai - 15:45

Que l'on ne s'y méprenne pas : réduire Effie à une petite personne colérique et dénuée de patience était une vision largement réductrice de cette clone aux multiples facettes. C'était juste que les circonstances jouaient contre elles pour cette fois, et, pour toutes les autres fois où elle pèterait une coche à l'avenir, ce serait aussi une histoire de circonstances. Toujours. On ne naît pas haineux, on le devient à l'encontre de désagréments, ou à défaut, à force de contacts prolongés avec la communauté sioniste d'Israël. Voila, pour le point Godwin c'est dans la poche.
Bref, autant dire que si le capitaine Ariel -pas celui qui a inventé une lessive, l'autre- s'imaginait que miss Aden était de cette sorte de gens propres à piquer des crises à la moindre occasion, il devrait pourtant se faire à l'idée que ladite occasion ne fait pas toujours le larron. La preuve avec le sourire jovial que la blondinette arbora dès lors qu'elle remarqua la présence du jeune homme, sourire assez illuminé pour faire disparaître toute trace de fureur enfantine de son visage tout aussi enfantin. Quant à savoir si elle avait des diables dans la tête, la question était surtout de savoir par où elle aurait bien pu les y faire rentrer. Les oreilles, peut-être, à grands coups de Devil Wears Prada ou de Devildriver, mais il y a de plus saines formations musicales... A commencer par Anal Cunt et Agoraphobic Nosebleed, évidemment.

"Salut !" Lança donc joyeusement Effie à Ariel, sans se soucier outre-mesure de l'étiquette.
Il faut dire qu'à l'exception des plus hauts dignitaires de DNA, la jeune clone employait un ton des plus familiers avec l'ensemble de son petit monde. Ainsi les "Salut", tutoiements et autres "wesh wesh t'as vu, cousine" étaient de sortie lorsqu'il s'agissait de côtoyer l'essentiel des employés ou membres de DNA, à commencer par ses proches collègues de l'Alpha Team -la team des "roxxors", selon ses termes, parce qu'il faut bien se valoriser comme on peut quand on est badass, quitte à flirter avec quelques excès de lourdeur. De plus, et même si elle ne le connaissait encore que de vue, Effie voyait Ariel comme un jeune homme d'à peu près son âge (physiquement, s'entend), une raison de plus pour ne pas s'emmerder avec l'étiquette, capitaine ou pas capitaine. Après tout, elle se savait encore assez obéissante en situation professionnelle pour s'autoriser un certain laxisme, que d'aucuns appelleraient un manque manifeste de professionnalisme, dans ses relations sociales. Tout ceci pour dire que oui, elle tutoierait son capitaine sans se poser seulement la question de si c'était "bien" ou "mal"; après tout, ceci n'est qu'une histoire de point de vue. Et les points de vue, c'est comme les trous de balle : tout le monde en a un. Oui, même Effie, malgré cette impression constante que cette minette laissait usuellement aux autres, de péter un peu plus haut que ce que son petit postérieur n'était sensé lui permettre.

La jeune femme chaloupa d'un mouvement latéral pour s'écarter un peu d'Ariel, qui venait relever son courrier près d'elle. Pas que la proximité physique la dérangeât, c'était précisément l'une de ses manières de marquer son respect à autrui : ne pas rester dans son espace vital. D'autre part, elle avait remarqué le froncement de narines du jeune homme à la peau laiteuse, devinant que cette réaction venait de la nicotine enveloppant sa personne tel un nuage toxique prompt à trouver de nouvelles voies respiratoires à bousiller. Ainsi pinça-t-elle rapidement le bout incandescent de sa cigarette, à plusieurs reprises, afin de l'éteindre. Par habitude, elle ne se brûla pas les doigts, ou assez légèrement pour ne pas en ressentir de douleur, mais à défaut d'avoir un cendrier sous la main... Et puis, ça fait tellement badass - je vous disais, tout pour avoir la classe en toute circonstance. Qu'est ce qu'elle ne ferait pas pour transpirer encore un peu plus de cette coolitude, de cette assurance empruntée à un Chuck Norris : "quand Effie veut écraser une cigarette, la cigarette s'écrase d'elle-même", vous voyez l'idée.
Puis Ariel lui fit une remarque, contenant à elle seule deux mots tout à fait étrangers à son vocabulaire : contrepoint et paroxysme. Pour ce dernier, elle aurait toutefois pu le rapprocher d'un mot de sa connaissance, l'adjectif "paroxystique" qu'elle employait couramment ("boucherie paroxystique", titre digne d'un snuff movie pour les amateurs de bon goût), mais pour le premier, oualou, nada, zéro. Et quand Effie ne connait pas un mot, elle a deux solutions : feindre la compréhension d'un petit "en effet, c'est pas faux !", ou l'autre méthode, plus personnelle : répliquer avec un mot particulièrement savant de sa connaissance, histoire de déstabiliser l'interlocuteur qui se trouve alors dans la position de l'ignorant. C'est le choix qu'elle fit précisément :

"Amateur de formules de rhétorique orchidoclastes ?"
Le tout avec un sourire un rien malicieux, creusant souvent l'incompréhension du concerné qui se retrouvait à chercher la signification de ce dernier mot, bien barbare, dont il est pourtant aisé de retrouver le sens. Tout est question de racines, en l'occurrence : Claste, de Klaos, grec ancien, signifiant briser, et Orchis, d'Orchydion, grec ancien aussi, signifiant couilles. What else ?
Quant à Stravinksy, Effie avait le mérite de connaître, et pas uniquement grâce à sa curiosité naturelle et ses facultés d'apprentissage accéléré (merci la génétique). Ses "géniteurs", enfin l'équipe de scientifiques à l'origine de sa conception, pratiquaient (et pratiquent toujours) la musicothérapie sur les embryons en cours de développement, l'une des rares choses réellement admirables de leur part. Ainsi Effie avait baigné dans un liquide amniotique synthétique, certes, mais également dans le Vivaldi et la drum'n bass. Les clichés ont la vie dure... Et puis, une fois sortie de l’œuf, elle avait naturellement prolongé cette habitude d'écouter de la musique, dérivant tout de même vers les genres les plus cools, selon les normes sociétales du moment. Ainsi le dubstep et le post-hardcore avaient gagné ses faveurs et transformé ses saintes oreilles en un puits sans fond de subversion auditive, pour le malheur de son/sa futur(e) coloc'.
"Merci bien pour le son, mais comme remède à mes soucis, j'aurais plutôt besoin d'un directeur qui puisse comprendre certaines choses disons, élémentaires, de la vie d'une jeune femme en mal de reconnaissance identitaire... Regarde plutôt."
Peu cachotière, Effie montra son courrier personnel fraîchement reçu à Ariel, qui, en tant que capitaine de sa division, aurait peut-être un rôle à jouer pour arrondir les angles, d'un côté ou de l'autre. Le directeur Hamilton escomptait voir Effie arborer un uniforme impeccable, et la concernée au contraire, escomptait arborer un uniforme aux manches coupées. Et nul doute que pour l'intégrité physique de l'un et mentale de l'autre, il faudrait se décider une fois pour toutes.
"Les manches, expliqua-t-elle à haute voix, c'est de la merde. On est en été, donc il va faire chaud, donc je vais transpirer, donc ça va faire des marques toutes moches sur mes habits, donc j'aurai l'air d'une grosse naze, donc pas de manches. Logique ! En plus ça augmente le facteur temps d'environ 35% lors de l'action de dégainer, donc c'est encore plus de la merde. Et moi, j'fais pas de la merde, c'est absolument inenvisageable. Tout le monde le sait, t'façon, que Effie Aden ne fait JAMAIS de la merde, tout au plus que je fais le boulot de façon un poil plus salissante, mais c'est parce que sinon, c'est moins cool. T'façon je m'en fous, même morte je mets pas de manches, là. Et si on m'oblige, je te retourne la baraque moi..."
Elle est délicieuse quand elle boude, non ?
Bien sûr, les paroles d'Effie, aussi chargées de fiel fussent-elles, étaient à prendre à un certain degré. Elle avait beau ouvrir sa gueule, non, elle ne retournerait pas la baraque, pour la bonne et simple raison qu'elle avait été éduquée de manière à rester over-loyale envers DNA, et ne rien faire qui puisse nuire à l'entreprise. C'est juste qu'elle avait besoin d'évacuer sa frustration en paroles, d'aboyer fort un bon coup pour que ça sorte et puis, plus tard, passer à autre chose. Même si, je dois l'avouer, la jeune clone avait tout de même un petit espoir, légèrement insensé, qu'Ariel lui prête une oreille attentive et participe à plaider sa cause auprès de Hamilton. Un espoir insensé, disais-je... Enfin, il faut dire que notre énergique clone ne manquait pas de moyens pour convaincre du bien-fondé de ses arguments, que ce soit par leur nature même, ou par la bouche agréable qui les prononce, et bien peu de mâles auraient eu le cran de résister à la tentation de profiter de la nature un peu naïve d'Effie. "Mais tout à fait, je vais en parler au directeur... Sinon tu fais quoi toi, ce soir ?". Le pire étant qu'elle avait pas mal de chances de marcher, que dis-je de courir, mais ce n'eut été que fonder un espoir d'autant plus illusoire d'arriver à ses fins, à elle. Et puis, elle est peut-être pas si couille que ça... Quoique, ça reste à vérifier.

_________________


- Bad, motherfucker -
> Effie's in da place <
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thefacultychronicles.over-blog.com/
Effie Aden
Mutant de classe 3
Mutant de classe 3
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 21/05/2013
Age : 31
Age du perso : 22 ans physiques / 4 ans en vrai
Pouvoir du perso : Super-force
Humeur du perso : Cool

MessageSujet: Re: Et alors ? [Libre]   Mer 26 Juin - 13:56

[Topic clos, motif : too much waitin' for ya ^^'
Dommage, ça partait bien ! ]

_________________


- Bad, motherfucker -
> Effie's in da place <
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thefacultychronicles.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et alors ? [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et alors ? [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [REQUETE][RESOLU] Mode Haut-parleur main-libre ou mode normal grâce au proximity sensor
» [recherche] kit main libre intra auriculaire htc desire
» Un petit pokémon perdu [Libre]
» J'ai vu de la lumière alors je suis entré... [Osmauz']
» Système main libre pour auto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DNA - Evolution :: DNA - Echelon :: Rez-de-chaussée :: Lobby-
Sauter vers: