AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Et une autre journée qui commence! (libre)

Aller en bas 
AuteurMessage
Audrey Jensen
Mutant de classe 5
Mutant de classe 5
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 22/05/2013
Age du perso : 33 ans d'expériences / 1 an dans ce corps
Humeur du perso : Passionnée

MessageSujet: Et une autre journée qui commence! (libre)   Lun 27 Mai - 22:58

Il y avait des jours comme ceux-ci où elle avait encore un peu de mal à s’y faire. Passer de "libre de ses mouvements" à "rester sous la supervision de la compagnie" était un choc culturel assez important et, même s’il en était ainsi depuis sa création, il y avait des moments où le confort de son propre appartement lui manquait. C’est qu’elle avait tout de même un bagage de trente-trois ans de vie derrière elle, elle n’était plus faite pour les résidences universitaires! Mais bon, pour participer elle-même à la chaine de "conception" des clones, elle pouvait comprendre qu’on lui ait demandé de renoncer à son petit confort pour vivre dans l’enceinte de la compagnie. Néanmoins, ça restait tout de même un peu plus difficile à vivre par moment. Prenez ce matin par exemple.

La veille avait été une très longue journée... L’un de ses petits nouveaux avait eu du mal à faire pousser convenablement ses bactéries (il avait réussi à ajouter le mauvais antibiotique au milieu…). Du coup il avait cru bon de retenter le coup au début de l’après-midi, alors que le protocole prévoyait deux phases d’incubations de quatre et trois heures respectivement! Normalement, Audrey l’aurait laissé terminé seul, mais cette souche étant particulièrement capricieuse et ne voulant pas perdre une journée supplémentaire avant d’extraire la protéine désirée des dites bactéries, le jeune homme en question avait demandé la supervision de la chercheuse sur les dernières étapes avant la congélation. Résultat: Audrey ne sort pas du laboratoire avant 21h et doit encore passer faire son travail quotidien pour Echelon! Elle n’était pas rentré "chez-elle" avant 1h et ce, seulement pour pouvoir recommencer encore aujourd’hui!

Normalement, elle aurait pris le petit loisir de se lever plus tard. Après tout, elle avait des gens pour travailler pour elle maintenant. Le seul problème dans tout ça: le restaurant. Si elle voulait déjeuner, elle devait le faire aux heures fixées par DNA, soit, rien qui accommodait une chercheuse qui désirait commencer ça journée à dix heure!

C’est donc pourquoi, ce matin, Audrey se retrouvait assise à une table du restaurant, café en main et cernes sous les yeux, entrain de se morfondre sur la perte de sa cuisine et de son confort matinal.

Enfin, ce n’était pas si mal. Au moins le restaurant, bien que plein, n’était pas trop bruyant et l’absence de journal disponible forçait la jeune femme à se donner un petit coup de motivation supplémentaire et de feuilleter les articles disponibles sur son sujet de prédilection.
…Seulement après son café!

_________________


~"Life's giving you a chance, just take it."~

Chercheuse en desing génétique et
Technicienne pour Echelon à temps partiel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie Aden
Mutant de classe 3
Mutant de classe 3
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 21/05/2013
Age : 31
Age du perso : 22 ans physiques / 4 ans en vrai
Pouvoir du perso : Super-force
Humeur du perso : Cool

MessageSujet: Re: Et une autre journée qui commence! (libre)   Lun 3 Juin - 0:52

"Dix dollars sur la blonde !"
"T'es trop un naïf toi... 15 sur le mastoc !"
"J'ajoute 5 billets sur le gros !"
"C'est une fille, donc il va la laisser gagner : je met 20 sur la petite !"

Tels furent quelques-uns des éclats de voix qui se firent entendre en quasi-simultané, non-loin de là. Un petit attroupement se formait en effet autour d'une tablée occupée par...

*Ding ding ding !*
Meeesdames et messieurs, vous allez assister à un combat exceptionnel, une rencontre au sommet de cette matinée à peine entamée ! AAaaa votre gauche, sur la banquette bleue, Randy Norton, 1 mètre 95 pour 105 kilos de muscles, un titan en sort et chemise dont le seul regard de glace fait se liquéfier ces dames ! Et à votre droite sur la banquette rouge, Effie Aden, clone de 4 ans, 1 mètre 65 pour moins de 50 kilos en comptant les habits et les flingues, super-nana des temps modernes en jupe et débardeur avec soutif apparent, cigarette vissée aux coins des lèvres, imperturbable.
Les combattants se toisent avec un flegme faussement tranquille, car l'on imagine la farouche détermination de chacun à remporter cette bataille imminente ! Les voila qui se mettent en position de combat, leurs coudes droits placés au milieu de la table, et... Mais que fait miss Aden ?? Elle... Elle tend un index à son adversaire ?? Mmmmmmeuuuuaaiiiiis c'est de la foliiiiie, mesdames et messieurs !! Voila qui relance les paris, alors que Norton serre l'index tendu dans sa poigne gargantuesque ! Voila un match qui réserve déjà tout un tas de surprise alors qu'il n'a même pas commencé !
Et voila l'arbitre qui commence à taper sur le coin de la table, une fois... Deux fois... Trois fois, c'est partiiii ! Chaque lecteur parcourant ces lignes entend la cloche sonner alors que les deux adversaires se toisent très ouvertement, et... Mais que se passe-t-il ?? Randy Norton semble réellement forcer sur son bras, mais il ne parvient à faire bouger l'index de la blondinette !!! Mais c'est du jamais vu !! Norton est invaincu au bras de fer depuis des mois, et le voila déjà en difficulté devant cette petite clone dont on ne sait rien !! Et les parieurs qui sont déjà en délire, mais quelle ambiance, nom d'une pipe en bois ! Et à Randy de s'acharner de toute sa force, incapable de faire seulement bouger le bras de cette jeune clone débarquée d'on ne sait où... Enfin si, de l'IGS où elle a été formée au cours des 3 dernières années, mais... OOOOHHH !!
C'est incroyable, c'est inouï, c'est du jamais-vu ! Mesdames et messieurs, sous vos yeux ébahis, Effie vient d'écraser le poing, solide comme un roc, de son opposant en un unique mouvement, et même le bois de la table n'a pas suffit à stopper son impressionnante force ! Olala, la main de Norton a explosé la table sous la poigne de fer d'Aden... Que dis-je de fer, la poigne d'acier, non, de platine, de miss Aden, qui devient du même coup la nouvelle championne du bras de fer de DNA ! Et ces exultations des parieurs qui viennent de rafler le gros lot, eh oui car très peu avaient misé sur cette petite blonde à l'apparence frêle, mais quel retournement de situation blablabla...
*Ding ding ding !*

Les badauds finirent par se disperser dans la salle, tandis qu'Effie tendait cordialement une main à son adversaire qui n'osa pas trop la serrer, de peur de se refaire broyer les os. Guillerette, la clone prit sa crème glacée et se leva pour quitter la table, toute souriante. Elle fit quelques pas sous les regards, murmures et bravos des quelques spectateurs ayant assisté à la scène, puis obliqua à droite après avoir aperçu l'une de ses connaissances. C'est ainsi qu'elle s'installa face à Audrey, accompagnant son arrivée à sa table d'un :
" 'Sup !"
Diminutif de "what's up" (traduisez par " 'lut !"), une façon cool de dire bonjour, à son avis. Du reste, Effie estimait connaître suffisamment miss Jensen pour se permettre un certain nombre de familiarités à son égard ; après tout, les clones provenant des chaînes de production de l'entreprise constituaient une sorte de grande famille, chacun se considérant comme le cousin ou le frangin des autres, d'une certaine façon. Pour sa part, Effie se plaisait à identifier Audrey avec l’appellation "copine". Comme dans sa réplique suivante :
"Quoi de neuf, copine ?"
Ça sonnait un peu mieux que du "wesh cousine", m'enfin on n'était pas très loin du langage châtié des banlieues extérieures, davantage constitué d'insultes que de signes de ponctuation. Tel était le personnage, disons. En attendant une réponse de circonstance à sa question, Effie retira la cuillère coincée dans son pot de glace (une Ben&Jerry's caramel et vanille, si quelqu'un veut y goûter) et continua de manger cette délicieuse chose, son regard joyeux fixé sur sa "copine", donc.

_________________


- Bad, motherfucker -
> Effie's in da place <
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thefacultychronicles.over-blog.com/
Audrey Jensen
Mutant de classe 5
Mutant de classe 5
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 22/05/2013
Age du perso : 33 ans d'expériences / 1 an dans ce corps
Humeur du perso : Passionnée

MessageSujet: Re: Et une autre journée qui commence! (libre)   Lun 3 Juin - 3:35

Ai-je bien dit calme?

Audrey tourna la tête, ou du moins les yeux (parce qu’il ne faut pas négliger ce doux nectar matinal dont elle prenait présentement une gorgée), vers la source de l’agitation. Adieu matin tranquille, bonjour DNA.

La chercheuse posa les coudes sur la table et pris sa tasse à deux mains, la tenant maintenant devant elle alors qu’elle suivait des yeux l’attroupement se former rapidement autour des jeunes gens qu’elle n’eut que l’occasion d’entrevoir. Bien qu’elle n’aspirait qu’au calme ce matin, la jovialité habituelle et la fougue de la jeunesse lui fit rapidement décrocher une sourire en coin. Après-tout, n’était-ce pas elle qui s’était souvent plainte de s’ennuyer du temps où elle était encore étudiante? Ce genre de scène ayant, après tout, le même rythme et charme que ces temps où ils décidaient de se prendre un après-midi de libre pour aller jouer au soccer dans un parc, histoire de se remettre les idées en place (ou simplement pour profiter du soleil).

Bon d’accord, la perte de son appartement n’avait pas que du négatif. Et puis, pour une jeune clone comme elle, un être recommençant semi sa vie de semi zéro, ce genre d’ambiance était sans doute bien appropriée.

*Alors quoi? Maintenant tu veux utiliser ta nature comme excuse pour recommencer à vivre comme une étudiante et rejeter quelques responsabilités?* s’adressa-t-elle alors que son sourire s’élargissait.

Aussi, Audrey chassa ces idées et déposa son café, se convainquant d’éviter de se prendre trop au sérieux et sortie son portable du sac blanc posé près de sa chaise. Elle se connecta et commença la recherche sur quelques serveurs au sujet des dernières nouvelles sur gênes les plus travaillés de son laboratoire, accordant la moitié de son attention aux paries qui montaient en faveur de Norton. C’est en sélectionnant quelques nouvelles que la jeune femme entendit les exclamations monter et les gens se bousculer d’avantage, histoire d’avoir une meilleure vue sur "cette blondinette qui affrontait Norton au bras de fer avec son doigt".

À ce point, même cette chercheuse devenue plus atypique que nécessaire au cours de la dernière année était intéressée. Décrochant des nouvelles matinales, elle s’étira un peu plus afin d’espérer voir cette dite tête blonde, ou alors au moins une partie du spectacle. La petite foule trop compacte pour qu’elle puisse y voir quoique ce soit, Audrey décida d’attendre la fin de l’évènement pour obtenir les résultats qui ne tardèrent pas à se faire entendre dans un éclat de voix. C’est donc café en main qu’elle put voir Effie serrer la main d’un jeune homme (sans doute le dit Norton), sourire caractéristique aux lèvres, et donnant par la même occasion tout son sens aux exclamations.

Audrey hocha la tête en souriant, amusée par les démonstrations de force de la jeune clone. C’était le genre de chose que même son ancienne elle-même aurait accompagné d’un large sourire et d’une bonne tape dans le dos en guise de fierté. Aujourd’hui, bien sûr, le sentiment était différent et la cette petite fierté brulant au fond d’elle prenait un tout autre sens.

"’sup!"

La chercheuse lui leva sa tasse de café en guise de salutation et en pris une gorge (parce que qu’importe ce qui arrive, Audrey a besoin de son café ce matin). Elle poussa son portable de côté, puis le ferma avec une fraction de seconde d’hésitation, oubliant cette fois pour de bon toute possibilité de travailler. Après tout, n’était-ce pas elle qui parlait de commencer seulement à 10h?

"Quoi de neuf, copine?"

"Hum… Tu me demandes vraiment ça avant le café du matin?" répondit-elle simplement avec un large sourire avant de reprendre. "Si non, histoires de laboratoires et re-histoires de laboratoires. Rien d’aussi palpitant que ton match de se matin quoi."

Sur ce, les yeux de la chercheuse se posèrent sur le repas de son aînée. Quoi? Si tôt la crème glacée? Ce n’était certainement pas le petit déjeuné approprié, mais ça aurait été mentir de dire qu’Audrey n’était pas au moins un peu envieuse. À côté, son croissant couvert d’une fine couche de nutella semblait bien fade!

"Vraiment, bien joué sur celle-là!"

[Sorry, manque d'inspiration pour la soirée ^^"]

_________________


~"Life's giving you a chance, just take it."~

Chercheuse en desing génétique et
Technicienne pour Echelon à temps partiel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie Aden
Mutant de classe 3
Mutant de classe 3
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 21/05/2013
Age : 31
Age du perso : 22 ans physiques / 4 ans en vrai
Pouvoir du perso : Super-force
Humeur du perso : Cool

MessageSujet: Re: Et une autre journée qui commence! (libre)   Mar 4 Juin - 1:40

Ça donnait envie, hein, cette glace. Bah, n'importe qui de normalement constitué aurait salivé devant ce petit pot de vanille onctueuse nappée de caramel over-méga-delicious, à moins d'être l'une de ces folles furieuses ne jurant que par les régimes alimentaires hypocaloriques, qui aurait regardé la crème glacée avec dédain. Vous l'aviez compris, Effie ne se chauffait pas de ce bois-là, bien au contraire : pour elle, la féminité ce n'était pas de ressembler à une planche de surf à force de régimes, ça non, mais plutôt d'être capable d'assumer quelques rondeurs provenant de la consommation de ces petits pêchés mignons de la vie, dont faisait partie cette glace. Il n'y a rien de plus beau qu'une jeune femme assumant sa gourmandise, c'est tout. Audrey n'avait cependant pas à rougir, vu les méfaits caloriques que l'on attribuait encore à la célèbre pâte à tartiner dont était enduit son croissant.
L'interlocutrice d'Effie semblait aller aussi bien qu'en temps normal et à une telle heure de la journée. Dire qu'elle n'était pas réveillée eut été une litote, puisqu'elle était de cette sorte de gens qui ne sont capables de rien sans avoir une dose homéopathique de caféine dans le corps. Comme tant d'autres employés de DNA, qui étaient régulièrement soumis aux facteurs stress, travail excessif et manque de repos, du reste. Miss Aden échappait encore une fois aux normes de l'entreprise sur ce point, puisque pourvu qu'elle ait eu ses huit heures de sommeil, elle se réveillait toujours en pétant le feu. A croire que le café, on le lui avait injecté en perfusions quand elle était encore dans sa cuve néonat', pour ainsi dire. Enfin, la joute avait suffisamment prouvé que, même aux petites heures du matin, elle était bien assez en forme pour briser des os et des égos... Nan ?
"Les nouveaux employés me connaissent pas encore... Ils apprendront !"
Lâcha-t-elle en réponse au compliment de sa copine, sourire amusé aux lèvres. La réputation d'Effie n'était plus à faire, pour tous les membres de DNA du moins, mais pour les novices, c'était autre chose. La firme venait de se restructurer et de grossir ses rangs, à cause des récents évènements criminels secouant la Big Apple, et beaucoup de nouvelles têtes avaient donc pointé leurs pifs en ces lieux où jadis, personne connaissait Effie ne se serait risqué à relever un tel défi. Tout portait donc à croire que ce bras de fer serait le dernier pour un bon moment, vu la vitesse moyenne que mettait une rumeur à se propager dans cet endroit.
"Tu as vu tout le foutoir qu'ils nous ont fait pendant le week-end ?" poursuivit Effie, "Restructuration d'Echelon, réattribution des chambres... Un beau bordel, si tu veux mon avis. Et tout ça pour qu'on soit plus efficace pour chopper les fumiers qui attaquent les mutants depuis deux mois. Ils croient quoi, que d'avoir de nouveaux coloc' va améliorer nos performances ? Sous la couette peut-être, mais au taf..."
Elle avait dit tout ça avec un visage qui semblait vouloir dire "mélol mdr dafuq", plutôt qu'avec une quelconque forme d'agacement. Au contraire : Effie prenait les choses avec recul et humour, voire même un brin de cynisme tel que l'attestait le passage sur les performances sous la couette...
Cela dit, les chambardements évoqués ci-haut ne la dérangeaient pas plus que ça, elle y voyait même l'occasion de se socialiser davantage et donc de répandre toujours plus sa badassitude, dans tous les recoins, mais bon. C'était quand même quelque chose pour Effie, qui n'avait jamais rien vu de tel en 4 années d'existence. Enfin, ceci ne bouleverserait pas outre-mesure son quotidien, essentiellement partagé entre les entraînements et formations obligatoires sur le site, les quelques missions qu'on voulait bien lui confier, et les hobbies auxquels elle se consacrait sur son temps libre. Genre, éclater des costauds au bras de fer, ou manger des glaces avec sa copine, par exemple.
"Tu planches sur quoi ces temps-ci ?" interrogea enfin Effie, tout en plongeant sa cuillère dans le pot de glace qui ne quittait pas ses doigts agiles. Une question bateau diraient certains, mais toujours pratique pour montrer qu'on s'intéresse aussi aux autres, en définitive. Mais ne vous y méprenez pas, notre dynamique blondinette était réellement curieuse de la réponse, pourvu que miss Jensen ne se perde pas dans des circonlocutions et n'emploie pas de mots trop savants pour elle !

_________________


- Bad, motherfucker -
> Effie's in da place <
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thefacultychronicles.over-blog.com/
Audrey Jensen
Mutant de classe 5
Mutant de classe 5
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 22/05/2013
Age du perso : 33 ans d'expériences / 1 an dans ce corps
Humeur du perso : Passionnée

MessageSujet: Re: Et une autre journée qui commence! (libre)   Mer 5 Juin - 2:06

[Je cherchais trop loin pour relever ton défi, la solution était si ...simple(?) X3]

Audrey retint un petit éclat de rire face au commentaire de la jeunesse.  Enfin, vu sous cet angle, l’aînée selon les télomères avait été tout de même choyée.  C’est à croire qu’on avait respecté le fait que son ancienne elle-même (ou alors elle-même, tout dépendant de ce qui avantageait le mieux l’administration et autres collègues) et son présent soient quand même responsable d’un laboratoire risquant d’apporter gros à la compagnie.  Car voyez-vous, là où certains se voyaient affublés de nouveaux colocataires, la chercheuse gardait sa chambre semi-spacieuse (ou alors simplement spacieuse, à vous de juger) pour elle seule.  Et c’est maintenant qu’on remercie l’expérience des télomères en silence.

"Faut croire qu’ils ont préférer ne pas déranger les ‘vieux’," répondit simplement l’aîné avec un clin d’œil; humour de clones.

C’était ce qui était drôle avec les "êtres naturels" et là encore, c’était quelque chose sur laquelle l’Audrey née avant les années 2000 n’avait pas été différente: ils attribuaient l’âge et l’expérience au physique.  C’était quelque chose de tellement trompeur et ça, n’importe quel clone aurait pu vous le dire.  Après tout, l’exemple était dépeint ici même!  Normalement, on aurait attribué le qualificatif d’aînée à la jeune femme aux cheveux bleus, buvant sagement son café et portant les traits de la trentaine, alors qu’en réalité le qualificatif revenait à cette boule d’énergie reconnue pour faire exploser les tables avec les mains de soi-disant hommes forts!
Et ça, ce n’était que l’âge réel, encore rien à voir avec le temps d’expérience de vie, là où la Canadienne reprenait le dessus et on peut tourner en rond longtemps comme ça!  Enfin bref, si vous n’avez pas encore compris la note d’humour ou alors pourquoi votre regard est biaisé entant qu’êtres naturels, tant pis pour vous!

Enfin, sur une note plus douce:

"Tu planches sur quoi ces temps-ci ?"

Ah!  La question à lui poser; ou alors à ne pas lui poser, ça dépend du résultat désiré.  Car voyez-vous, si on ne pouvait nommer qu’un seul point commun entre Audrey et son original du même nom (excluant ce côté socially awkward commun à plusieurs chercheurs), c’était cette passion pour son art et cette manière dont son regard s’enflammait à cette simple évocation.  Toute la dévotion de son original transparaissait dans les mots de la jeune clone lorsqu’il était question de cette parcelle de sa vie, au point tel que s’il avait fallu choisir, il était possible de dire qu’il s’agissait du point où les deux êtres se confondaient véritablement.

"Ça reste dans les mêmes branches qu’à l’habitude je dois dire, toujours dans le développement de mutations jouant sur la prolifération et différenciation cellulaire.  Le plus gros problème reste la régulation de la transcription.  Dès qu’elle est mal régulée, on se retrouve avec une expression cellulaire aberrante!  Donc on se concentre beaucoup sur la conception de gêne pouvant générer des facteurs de croissance (du genre TGF-alpha, EGF ou PDGF) ou des différents CDKs à outrance, mais avec des systèmes de régulations complexes.  On vient justement de sortir un nouveau modèle de régulation qui permet un contrôle avec un niveau de spécificité assez incroyable!
Kern, notre biophysicien, nous a créé un trimère qui relève de l’œuvre d’art!  La première structure est une protéine à neuf doigts de zinc d’environ quatre-vingt-dix kilodalton, avec deux zones hautement négatives dans les environs de ses régions C et N-terminales.   Elle est régulée positivement par Myc surtout pendant la phase G1, rien de bien compliqué jusque là.  Ensuite, il nous a ajouté une petite protéine d’environ une dizaine de kilodalton fait avec quatre hélices positives séparées par des boucles, un peu comme un HLH, faite pour aller refermer la boucle faite avec la première protéine.  Ça va permettre d’aller recruter la troisième protéine, petite merveille de créativité, qui permet de lier les régions C et N-terminales de la première protéine et ainsi de recruter les HAT!
Et bien sûr, les deux dernières protéines du trimère eux sont sujet à un contrôle hormonal stricte!  Dont notre HLHLHLH"
Audrey avait compté sur ces doigts en même temps le nombre de H pour s’assurer de la bonne prononciation de cette petite protéine qui avait le dont d’amuser le dit Robinson, "qui est assujetti au contrôle de la même hormone que pas mal toutes les créations venant de notre laboratoire.  Mais ça ce n’est que pour l’instant, Masumdar et Rivard sont entrain de travailler sur une autre voie de signalisation qui se marierait mieux avec le reste de la régulation cellulaire."

Et ce n’est qu’à ce moment qu’Audrey s’autorisa enfin une pause pour respirer et prendre une gorgée de café.  Elle avait parlé très rapidement, c’était caractéristique du personnage, et n’importe qui la connaissant moindrement savait que lorsqu’elle commençait à déblatérer de la sorte, il n’y avait qu’une seule chose à faire: la laisser continuer jusqu’à ce qu’elle s’arrête d’elle-même.  Au moins, la jeune chercheuse n’était pas de mauvaise foi et remarquait généralement très rapidement, une fois le monologue passé, le genre d’excès auquel elle s’était laissée allée.

Aussi, droite comme un i, Audrey cligna des yeux un court moment, le temps que l’expression d’Effie et sa gorge sec fasse son effet, puis émergea de son "état de passion excessif".  Une expression mal à l’aise et désolée pris place sur le visage de la chercheuse qui, contrairement aux croyances populaires, savait très bien reconnaître ses tords.

"Je l’ai encore fait hein…?" dit-elle plus qu’elle ne demanda avec un certain embarra.  "Vraiment désolée...  Disons simplement que je travaille à booster la croissance cellulaire sur demande."

Et voilà, sur un haussement d’épaules, Audrey était déjà passée à autre chose.  Ce genre de chose était arrivé bien trop fréquemment pour qu’elle s’en fasse plus que nécessaire.  Au moins, cette fois, elle avait réussi à vulgariser un peu plus qu’à l’habitude (oui oui, il est vraiment ici question du monologue).  Enfin, qu’importe.

La jeune clone pris une gorgée de café supplémentaire et attendit la réaction de son aînée.  Avec n’importe qui d’autre face à elle, Audrey aurait instantanément changé de sujet et bam, qu’on en parle plus!  Néanmoins, Effie ayant un tempérament un peu plus vivant et enflammé que la majorité de ses collègues naturels, elle allait lui laisser le temps de réagir et s’arranger pour agir et/ou se faire pardonner en conséquence.

_________________


~"Life's giving you a chance, just take it."~

Chercheuse en desing génétique et
Technicienne pour Echelon à temps partiel


Dernière édition par Audrey Jensen le Jeu 25 Juil - 1:55, édité 1 fois (Raison : Changement des noms des chercheurs; je viens de créer la banque de PNJ du laboratoire ;))
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie Aden
Mutant de classe 3
Mutant de classe 3
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 21/05/2013
Age : 31
Age du perso : 22 ans physiques / 4 ans en vrai
Pouvoir du perso : Super-force
Humeur du perso : Cool

MessageSujet: Re: Et une autre journée qui commence! (libre)   Jeu 6 Juin - 0:36

*En même temps, pourquoi j'ai demandé ?*
Telle fut la réflexion qui traversa fugacement l'esprit d'Effie dès lors qu'Audrey commença à se lancer, cheveux aux vent, dans une explication surréaliste de son travail et ce en quoi il consistait présentement. Cette petite pensée non-dénuée d'un certain humour se traduisit sur son visage par un sourire en coin, et camouflé derrière une cuillerée de glace, il en passa presque pour invisible. Pas vu, pas pris ?

Cela étant, notre blondinette devait bien avouer qu'elle retrouvait chez sa copine le même genre de fougue qu'elle était elle-même capable de développer. C'était le lot des passionnés que de s'enflammer ainsi sur un sujet leur étant cher, de la même façon qu'une Effie qui se met à causer musique, voitures, sports ou flingues se perdait généralement en digressions en moins de vingt secondes, montre en main. Comme quoi, il eut été malvenu de s'offusquer, d'autant que c'était bien elle qui avait allumé la mèche, non ?
Lorsque miss Jensen commença à se confondre en excuses, Effie retrouva ce sourire en coin précédemment déguisé, à ceci près que cette fois, elle y ajouta le petit regard vers le plafond qui signifie tant de choses...
"T'aurais du directement commencer par là," approuva-t-elle avec malice, et sans aucun reproche, "t'sais bien que j'suis une quiche en sciences."
L'aveu était totalement assumé, d'autant que ce n'était pas un secret pour quiconque qui se serait intéressé à la question. Miss Aden n'avait rien d'une jeune clone particulièrement fine, c'était même l'exact contraire : quand il s'agissait, au choix, de rouler des mécaniques, faire pleuvoir un déluge d'acier ou de remuer des montagnes, pas de problème; mais s'il fallait faire bosser ses connexions synaptiques, là il n'y avait plus personne aux commandes dans cette petite tête. Au fond, les choses étaient bien faites chez DNA : les intellos dans les labos, et les bourrins au turbin. Inverser les rôles eut été comme une transgression de la nature, ni plus ni moins. Confiez donc du potassium à Effie, vous verrez le résultat... Au mieux, elle ne fera péter qu'une partie des bâtiments, c'est dire son degré de compétence en la matière. Déjà qu'elle était pas foutue de faire cuire un œuf, la pauvre. Par contre, elle pouvait vous mettre un pruneau entre les deux yeux à 50 mètres... Chacun son truc, définitivement.
"Au moins, t'as pas l'air d'avoir le temps de t'emmerder. Ça a rapport avec tout le merdier qui s'passe dehors ? T'sais, les attaques de mutants, tout ça... Où c'est juste pour t'occuper en fait ? Nan moi j'sais pas, alors je demande, tu m'connais."
Vous aviez peut-être remarqué qu'elle bouffe la moitié des syllabes, non ? Ça ressemblait vaguement à un accent du Texas profond, la façon dont Effie parlait habituellement, même si ça n'avait rien à voir avec ce peuple de primitifs éleveurs de bétail consanguins et rétrogrades. En fait, cette façon de parler, très "street", c'était encore une fois pour se donner des airs de "nana super-cool wesh t'as vu" mais ça, à force, vous vous en doutiez. A quoi bon gaspiller sa salive avec des conjonctions de coordination, subordination, procrastination, et autres abominations, quand on peut aller à l'essentiel ?

_________________


- Bad, motherfucker -
> Effie's in da place <
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thefacultychronicles.over-blog.com/
Audrey Jensen
Mutant de classe 5
Mutant de classe 5
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 22/05/2013
Age du perso : 33 ans d'expériences / 1 an dans ce corps
Humeur du perso : Passionnée

MessageSujet: Re: Et une autre journée qui commence! (libre)   Ven 7 Juin - 2:09

Audrey sourie face à la réaction de sa compagne. Ce n’avait rien d’un sourire rassuré, ou alors seulement un minimum; il tenait plus du sourire complice et entendu, un peu amusé sans doute aussi. C’était quelque chose qu’elle avait appris à respecter: ce n’est pas tout le monde qui possède une formation en science et tout le monde n’y est pas intéressé. Elle ne prenait personne de haut à ce sujet (seulement ceux qui font semblant de s’y connaître pour se penser important…), elle avait simplement tendance à oublier que tout les goûts sont dans la nature. Et pour ça, Effie était toute appropriée pour le lui rappeler!

"Ça a rapport avec tout le merdier qui s'passe dehors ? T'sais, les attaques de mutants, tout ça... Où c'est juste pour t'occuper en fait ? Nan moi j'sais pas, alors je demande, tu m'connais."

La chercheuse se calla dans son siège et parue réfléchir un instant, bras croisés. C’était vrai d’un sens que la possibilité de créer des pouvoirs personnalisés et adaptables permettrait une plus grande efficacité pour Echelon; enfin, au niveau de la spécificité des clones bien sûr. Néanmoins, de là à dire que l’entreprise s’occupait de former Echelon et d’en entretenir les rangs seulement pour les biens faits des mutants… Permettez à une jeune femme un peu de scepticisme.

Pour avoir vécu dans le milieu académique et pour avoir eu à s’accommoder avec le privé, elle avait appris que ce genre d’entreprise n’avait généralement qu’un but et langage: l’argent. Déjà, qu’elle puisse y faire rouler un laboratoire de type plus structural était quelque chose de gros en soi et, là encore, c’était parce que ses recherches possédaient des applications directes. Ça et la popularisation de la bioinformatique en milieu industriel depuis la fin des années dix, mais ça, c’est un autre sujet. Alors de là à penser qu’un entreprise utiliserait purement ses recherches pour le bien de la mutanité… ça avait quelque chose d’un peu trop utopiste aux yeux de la jeune clone.

Elle prit sa tasse de café et en pris une gorgée.
Elle ne s’en plaignait pas. Après-tout, l’autre Audrey et Heidi ne rêvaient pas de venir s’établir ici (s’établir dans le sens d’y avoir son laboratoire) pour leurs bons traitements envers les mutants ou leur réputation; mais bien à cause de l’audace et l’ouverture d’esprit (scientifiquement parlant) de la compagnie. Au fond, tant qu’elle puisse laisser libre court à sa passion, c’était bien ça?

"Ça va être utile pour booster Echelon," se contenta d’affirmer l’être artificiel en croisant les bras sur la table, le dos courbé, "ça c’est sûr. Je veux dire, ça permet de créer des pouvoirs sur mesure donc sûr c’est utile. Par contre, de là à dire que ça va régler le problème; ça c’est notre boulot entant que membre de l’équipe."

Audrey avait commenté le tout d’un sourire entendu. Car ça, elle en était convaincu: ceux qui règlerait ce merdier, comme le disait si bien Effie, c’était les membres d’Echelon. Et ça, ils le feraient avec ou sans l’aide des technologies développées par DNA.
Au fait, petite parenthèse pour rappeler l’implication réelle d’Audrey (version RM-04) dans Echelon et dans la résolution du dit merdier. Comme quoi, le nouveau modèle était vraisemblablement moins égocentrique que l’original …enfin je crois.

"Au fait, pendant que j’y pense," Audrey s’était calée de nouveau sur son siège, tasse de café entre les mains. "Si tu veux un jour, je pourrais toujours essayer de te ‘booster’ un peu. Après tout, pour moi, les pouvoirs c’est un peu comme les flingues pour toi: je suis pas mal sûre que tu peux en remonter un en moins de vingt secondes, les yeux bandés par-dessus le marché!"

Ça, c’était le genre de chose pour laquelle, si sa compagne le lui permettait, la chercheuse appliquerait tout son temps. Prendre le temps d’aller comprendre chaque détails de la mutation et de les customiser pour l’avantage de son aînée, c’était quelque chose qui lui ferait très plaisir. Il faut prendre ça comme le mécanicien qui s’amuse à arranger et à booster les voitures de ses copains, sans rien demander en retour autre que le plaisir de le faire. Après tout, ce n’était que ça pour Audrey. Et puis, il faut dire que depuis les nouveaux systèmes de recombinaisons homologues spécifiques mis aux points pendant les années vingt, ce genre de mutation se faisait comme un charme!

Mais je vais vous épargner les détails pour l’instant; gardons plutôt les techniques d’Audrey pour le topic approprié vous voulez-bien. Après tout, je vous ai déjà assez gavés de blabla scientifique comme ça!

_________________


~"Life's giving you a chance, just take it."~

Chercheuse en desing génétique et
Technicienne pour Echelon à temps partiel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie Aden
Mutant de classe 3
Mutant de classe 3
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 21/05/2013
Age : 31
Age du perso : 22 ans physiques / 4 ans en vrai
Pouvoir du perso : Super-force
Humeur du perso : Cool

MessageSujet: Re: Et une autre journée qui commence! (libre)   Sam 8 Juin - 1:25

Effie décroisa et recroisa ses jambes tout en écoutant la réponse fournie par sa consœur, une réponse qu'elle aurait pu qualifier de bien vague d'ailleurs. La blondinette, qui avait bon espoir d'apprendre quelque chose de nouveau concernant la situation à New-York, fut donc déçue. Cela étant, ceci prouvait très bien que tout le monde en était au même point concernant cette histoire : chacun pédalait dur dans la choucroute, à tous les niveaux de l'entreprise. Ce qui provoqua une petite réaction d'orgueil de notre miss Aden nationale :
"Bordel, c'est quand même pas si compliqué que ça d'foutre la main sur l'un ou l'autre d'ces bâtards qui s'en prennent aux mutants..."
Cependant, Effie n'était clairement pas assez bien informée sur la question, pour dire de telles choses. Pour elle, tout fonctionnait de manière extrêmement primaire, et ce qu'elle voyait actuellement, c'était que des méchants s'en prenaient à des gentils, et que c'était inconcevable d'être infoutu d'obtenir le moindre flagrant délit. Surtout vu le nombre de victimes. Bien sûr, elle était incapable de pousser plus loin son raisonnement, de dresser des hypothèses ou des stratégies : elle ne voyait jamais que la fin en soi, et aucunement le moyen d'y parvenir. Évidemment, elle aurait aussi pu y réfléchir par elle-même, mais ce n'était pas dans sa nature. Ce ne serait donc définitivement pas elle qui prendrait une initiative en ce sens, elle se contenterait de partir en première ligne quand on lui aurait préalablement mâché le travail en amont.

Quant à la question de se faire booster son pouvoir, Effie n'y était pas réticente. Mais alors, pas du tout. Attendez, réfléchissez : qu'est-ce qui est over-cool quand on est mutant ? D'avoir un pouvoir. Et qu'est-ce qui est encore plus super-over-méga-cool ? D'avoir un groooos pouvoir. Pensez-vous vraiment qu'elle allait refuser la proposition susdite, donc ?
"Ça s'rait trop d'la balle, oui !" s'exclama-t-elle joyeusement, sans même réfléchir aux éventuelles conséquences négatives, car bien sûr, il était toujours possible qu'une manipulation génétique échoue, voire qu'elle dégénère en foutant le bordel là où il n'était pas au départ. Et il y aurait aussi la question des autorisations légales, de l'aval de l'équipe chargée de suivre le cas d'Effie, mais elle, elle s'en tamponnait le coquillard soigneusement.
Au contraire: elle s'y voyait déjà, soulevant des tonnes à bout de bras, pliant des barres à mine comme on fait des scoubidous, devenant invincible au bras de fer et surtout, atteignant le sommet dans son art du faceslapping hardcore. Oh que oui, l'idée lui plaisait énormément !
"On fait ça quand ??" demanda-t-elle même dans la seconde suivante, déjà prête à passer sur le billard pour se faire bio-augmenter. Là, peut-être qu'Audrey devait lui dire de se calmer, ou bien elle se ferait traîner de force dans son laboratoire par le phénomène Aden, peut-être ! Nan, il s'agissait plus certainement de l'entrain naturel (et démesuré) d'Effie qui prenait le dessus, tout bêtement. Ou encore, une manifestation de son inaptitude totale à la patience. Bref, normalement ce n'était pas aujourd'hui qu'il y aurait mort de laborantine chez DNA.

Effie déposa son pot de glace, vide, sur la table et se pencha tout en étendant ses bras sur le dossier de la banquette. Avec tout le sucre qu'elle venait d'ingurgiter, elle était maintenant en ultra-forme, et déjà commençait à se faire sentir un besoin d'activité physique pour griller toutes ces calories superflues. Il était encore tôt, et le soleil était au rendez-vous... De quoi lui donner matière à réflexion :
*Un footing ? Nan, trop naze... Un beach-Volley ? Nan, ya pas de plage... Du lancer de poids ? Bleh, mauvaise idée, la dernière fois ils ont pas retrouvé les poids... OMAFUCKIN'GOD OUI, J'AI UNE IDÉE DE OUF !*
Effie passa donc brutalement du mode "je réfléchis presque calmement" au mode "ohputainohputainohputain", la transition consistant à un brusque sursaut accompagné d'un regard ô combien pétillant de malice. Rapidement, elle se pencha sur la table, index levé, et déclama en regardant sa copine dans les yeux, sourire jusqu'aux oreilles :
"On va faire un bowling ??"
Je jure sur la vie de mon ordinateur que, pour elle, c'était vraiiiment un sport. Quand à la nature géniale de l'idée, bah... Moi je la trouve personnellement assez banale, mais c'était sans compter sur l'extraordinaire capacité d'Effie à s'emballer pour trois fois rien.
Bien sûr, elle fit la proposition comme cela lui était venu, mais sans songer un seul instant qu'Audrey avait peut-être du travail, du vrai et du sérieux. Mais pour être tout à fait franc, elle ne comptait pas essuyer un refus, quel que soit le motif. Enfin, c'était risqué de dire non quoi, surtout maintenant qu'elle était bien à bloc dans son délire. Pour ainsi dire, elle s'y voyait déjà, non pas à enchaîner les strikes mais à se défouler et tout casser - une seconde nature, hein... Et quoi de mieux que tout casser avec des copains, bah j'vous le demande.
"Alleeeez, dis oui dis oui dis oui dis oui ! C'est moi qui conduit, qui paye et qui perd même si tu veux !"
Conseil, quand elle dit des trucs comme ça : mettez toujours en doute sa parole. Sinon vous serez déçu !

_________________


- Bad, motherfucker -
> Effie's in da place <
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thefacultychronicles.over-blog.com/
Audrey Jensen
Mutant de classe 5
Mutant de classe 5
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 22/05/2013
Age du perso : 33 ans d'expériences / 1 an dans ce corps
Humeur du perso : Passionnée

MessageSujet: Re: Et une autre journée qui commence! (libre)   Lun 10 Juin - 1:52

Rien n’aurait pu faire plus plaisir à Audrey que l’enthousiasme d’Effie envers sa proposition; celle-ci lui brulait déjà littéralement les joues alors que son sourire s’accentuait. Il ne lui tardait de commencer à travailler: lire son génome, le traduire, modéliser ses enzymes et protéines, puis se baser sur les années d’expertises en bioinformatique pour modéliser (sous son œil critique bien sûr!) les pathways cellulaires empruntés par ceux-ci afin de déceler les secrets de son pouvoir! Et c’était à ce moment que la deuxième manche commençait, avec autant de plaisir et de challenge: l’optimisation, l’amélioration, la mutation…

Oh Audrey avait déjà une petite idée de comment orienter son action! Elle allait sans doute se baser sur un élément de son propre pouvoir qui lui permettait d’effectuer une série d’étapes demandant une dépense énergétique excessive sans trop de mal, et de manière ultra rapide. La β-oxydation était la clé! Elle ne savait pas encore à quel point l’accent était mis sur ce métabolisme dans le pouvoir de sa compagne, mais à voir la quantité de sucre qu’elle ingérait par jour, la chercheuse se voyait en droit d’en douter.

"On fait ça quand??"
"Dès l’instant où j’en ai l’autorisation ma chère!"
répondit-elle avec un large sourire. "Et si mes suppositions sont bonnes au sujet de ton pouvoir, tu vas pouvoir manger autant de burgers que tu veux, sans prendre un seul gramme!"

Non pas qu’elle croyait que la jeune clone était du genre à s’en faire pour sa ligne, mais entant que femme, on se surveillait toujours un minimum. Et puis, c’était surtout pour donner le ton de son idée. Quoi, n’importe qui de saint d’esprit verrait le lien entre manger plus de burger sans prendre un gramme et une augmentation du potentiel énergétique cellulaire, pas vrai?
Enfin, tout ça pour dire que la jeune femme était réellement enthousiaste envers ce projet et sans doute ne tarderait-elle pas à faire les démarches afin de se procurer les autorisations nécessaires.

Et son laboratoire dans tout ça?
Oh pitié! Vous ne croyez certainement que les chercheurs possédant leur propre laboratoire ne faisaient que s’occuper de leurs projets? Entre les professeurs qui se permettaient deux jours par semaines pour aller jouer au golf, ceux qui se donnaient un petit projet entre eux seulement (excluant leurs élèves, sauf lorsqu’il était question de manipuler à leur place) ou alors accordaient plus de temps à leurs cours qu’à leur laboratoire (parce qu’après tout, un assistant de laboratoire c’est fait pour ça), en plus de devoir courir après leurs financements (parce que c’est ça la vie lorsqu’on choisi le milieu académique), Audrey n’avait pas à se sentir mal de prendre de son temps pour aider une amie. Et puis, ça revenait à l’entreprise tout ça d’un sens, donc ce n’était rien de perdu.

"On va faire un bowling ??"

C’est qu’Effie l’avait prise par surprise ici. Aussi, Audrey l’observa avec une expression de circonstance. Un bowling, là-là, maintenant? Même s’il était tôt et que la chercheuse n’avait prévue rentrée qu’à 10h ce matin à cause de la journée précédente (qu’elle était loin d’avoir oubliée, croyez-moi!), ça lui grugerait sa matinée en entier. Et puis, le privé était un milieu plus stricte que l’académique; pas trop sûr que l’option de se prendre un avant-midi de libre pour le simple plaisir de le faire ferait plaisir à ses employeurs!

Mais en même temps… on se trouvait fasse à une Audrey, le matin, en voie de finir son café, ayant terminée sa journée au laboratoire plus tard que lorsqu’elle était au doctorat (en excluant les nuits blanches ou autres nuits spéciales où elle attendait après quelques protéines/bactéries/plasmides capricieux/ses) à cause d’un jeune homme n’ayant pas eu assez de jugement pour planifier sa culture bactérienne correctement… Le bowling avait beaucoup de points en ce moment.

"Alleeeez, dis oui dis oui dis oui dis oui ! C'est moi qui conduit, qui paye et qui perd même si tu veux !"

Ah…
Il faut dire qu’Audrey se le répétait de manière incessante maintenant…: *Je ne suis plus une étudiante… je ne suis plus une étudiante… je ne suis plus une étudiante…* Elle avait des responsabilités maintenant, des expectations auxquels répondre, des obligations… Et puis, ce n’était pas comme si elle n’aimait pas son travail, elle l’adorait! Il avait même été question précédemment d’en faire plus! Toutefois, il ne faut jamais sous-estimer l’attrait du moment présent, et encore moins celui de la liberté.

Qu’est-ce qu’elle vient faire là-dedans celle-là?
Tout.
Mais vous ne pouvez pas comprendre. Vous êtes nés; vous avez choisis chaque étape de votre vie, chaque pas et chaque détails (et vous accusez le destin pour les conséquences néfastes de ces choix, mais ça, c’est autre chose). Mais pour eux, clones, mis au monde pour une raison précise, pour des gens comme Audrey qui avaient hérités d’un bagage psychologique complet, mais duquel il était impossible de déterminer l’appartenance, ces petites choses comme manquer le travail pour aller jouer au bowling pouvaient prendre un tout autre sens. D’où l’importance du facteur "liberté", qui s’était imposé à la chercheuse sur le coup d’un simple sentiment relié au terme "bowling", et non pas comme un sujet de réflexion en soi.

Oh et puis zut!
Un assistant de recherche s’est fait pour ça!

"Tu sais quoi…?" Audrey pris une courte pause, sourcils froncés. "Bowling!"

Elle prit une énième et dernière gorgée de café, donnant plutôt l’impression d’une jeune femme de la vingtaine finissant sa bière d’un trait avant de se lever de table, accorda un signe de tête ferme à Effie et rangea son portable dans son sac. Elle se leva d’un bond, mettant le sac blanc sur son épaule et pris son croissant chocolaté (parce qu’on oubli pas pareille douceur matinale!).

"Let’s go la jeunesse! Je vais te montrer ce que ces vieux télomères sont capables de faire!"

Sur un dernier clin d’œil et un signe du pousse vers la sortie, la cadette pris une bouché de son croissant, attendant la réaction d’Effie qui, il ne fait aucun doute là-dessus, ferait plaisir à voir.

_________________


~"Life's giving you a chance, just take it."~

Chercheuse en desing génétique et
Technicienne pour Echelon à temps partiel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie Aden
Mutant de classe 3
Mutant de classe 3
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 21/05/2013
Age : 31
Age du perso : 22 ans physiques / 4 ans en vrai
Pouvoir du perso : Super-force
Humeur du perso : Cool

MessageSujet: Re: Et une autre journée qui commence! (libre)   Mar 11 Juin - 1:05

Manger des burgers à volonté ? Effie était déjà coutumière du fait, et ce régime alimentaire hyper-calorique ne lui pesait guère sur l'estomac. C'est qu'avec l'énergie qu'elle était capable de dépenser juste en s'excitant pour un rien, la jeune clone ne gardait pas le poids des maxi best-of bien longtemps sur les cuisses. Effie était une épicurienne dans l'âme, ne se refusant jamais le moindre plaisir, fut-il atrocement riche en lipides. L'exercice physique régulier éliminait tout ce qui était de trop dans ce frèle organisme, même si après analyses sanguines, elle révélait généralement une petite tendance à la hausse au niveau du cholestérol. Ça et la cigarette, voila ce qui tuerait Effie à long terme, si une balle ne trouvait pas le chemin vers son cœur entretemps.
Au moins, sa condition de clone n'avait pas que des désavantages; bien au contraire, la concernée n'y voyait que des bons points : elle pouvait accumuler toutes les misères du monde si elle voulait, rien à fiche !, son patrimoine génétique était sauvegardé, dans une cuve cryogénique quelque part dans les labos du complexe. Qu'elle perde un bras en mission, et les miracles conjoints de la génétique, du clonage et de la chirurgie lui permettraient d'en récupérer un tout neuf, directement prélevé d'un de ces propres clones. Elle était pas belle, la vie, sans déconner ? Et le plus beau, c'était la mémoire génétique. Oui, grâce à l'exploitation que faisait DNA de cet aspect de ses recherches, elle pouvait bien crever 10 fois, non, 100 fois, que toujours elle reviendrait en un seul morceau. Hop, un clone, et hop, on récupère la mémoire génétique de ses cadavres, et on les remet en place dans la nouvelle Effie. Elle se rappellerait même de la lumière dans le tunnel, formidable non ? Franchement, quelle meilleure situation dans la vie que clone chez DNA ? Cherchez pas : ya pas mieux.
Oui bon, elle n'avait plus de libre-arbitre, mais bon... Au moins elle pouvait toujours décider de s'habiller comme elle voulait, et ça, c'était quand même priceless à ses yeux. Elle pouvait même décider d'aller faire un bowling, c'est énorme non ?

D'ailleurs, quand sa grande copine devant l'éternel approuva l'idée (du bowling donc), Effie se retint de lui sauter au cou. Non pas que son maigre poids risquait de la blesser à l'impact (quoique, le catapultage de mini-furies n'est jamais totalement indolore non-plus), mais c'est que ça n'aurait pas été digne de sa personne, à elle. Elle salua toutefois cette décision, très clairvoyante, d'un :
"T'assures un max, copine ! Tu vas finir par dev'nir aussi cool que moi, à c'rythme !"
Si c'est elle qui le dit... Alors on a p'tet bien du souci à se faire ! Au moins, cette réplique lui évita de faire la danse de la joie (un genre de truc hip-hop que font les jeunes de 2030 quoi), et de se discréditer encore un peu plus dans sa fonction de soldat d'Echelon. L'étiquette, comme dirait Hamilton, ya que ça de vrai.
Bref, sur ces entrefaites, Effie imita son amie et se leva à son tour, mains dans les poches (sauf qu'elle n'avait pas de poches, puisque portant une jupe comme souvent), et prit les devants d'un pas décidé vers la sortie du restaurant d'entreprise. Bien sûr, elle n'avait pas cessé de sourire comme une adolescente allant à un rencard de copines, mais... N'était-ce pas exactement ce vers quoi elles allaient toutes deux ?

En marchant tranquillement vers sa titine d'une démarche chaloupée (non, Effie ne roule pas du cul, elle chaloupe. C'est très différent. Dans sa tête, du moins), la blonde aux cheveux détachés respira à pleins poumons l'air frais du matin. Il faisait encore assez doux pour qu'elle n'en soit pas à transpirer, mais déjà le fond de l'air était chargé d'un début de tiédeur annonçant un après-midi bien chaud. Ça ne serait certainement pas une chaleur de canicule, mais il faudrait tout de même chercher l'ombre pour éviter les coups de soleil. Et quoi de plus moche qu'une vilaine marque de bronzage, je vous le demande. N'empêche, Effie était bien calme, si l'on tenait compte des circonstances, et ce calme était bien louche. Certains diraient, à juste titre : le calme avant la tempête. Après avoir tiré la clef électronique de sa mustang de son soutif (ou comment se payer le luxe de ne pas trimballer le moindre sac à main, voici la réponse mesdemoiselles) et appuya sur le bouton à la vue de son bolide. Après le clac synthétique annonciateur d'un déverrouillage en bonne et due forme, elle invita son amie à embarquer dans le carrosse moderne. A bas les citrouilles pourries et les taxis moisis !
Et une fois qu'elle fut elle-même installée dans son cockpit, pardon, son siège conducteur, le drame.
"Mouille pas ta p'tite culotte, c'est moi qui pilote !"
Ne dites rien, je sais... Pas ma faute si elle était persuadée que ce genre de répliques la rendait infiniment cool aux yeux du monde entier, hein. En plus, c'était vrai : avant de s'installer dans le siège passager de la voiture, Audrey devrait s'assurer d'avoir déjà rempli un testament, juste au cas où. Mais nooon, elle ne conduisait pas si dangereusement que ça, notre Effie nationale... C'est juste qu'elle aime rouler vite, faire des virages au frein à main ou tenir le volant entre ses genoux le temps de s'allumer une cigarette avec une allumette, de temps à autre. Voire les trois à la fois dans ses bons jours, précisément comme ce jour-là.
Dès le démarrage, le rodéo commença : hurlements de moteur au point mort, marche arrière incisive avec crissement de pneumatiques, meurtrissage simultané de boîte de vitesse et d'embrayage, accélération brutale avec éjection de graviers, bref : comme d'habitude, Effie fait la kéké-girl. Fort heureusement pour le rythme cardiaque de miss Jensen, elle roula plus convenablement ensuite (si on ferme les yeux sur les excès de vitesse et les dépassements illicites).
Et tout ça, c'était juste pour la conduite. A l'intérieur de l'habitacle, après la claque sonore d'un tonnerre de guitares assourdissant (elle avait laissé l'autoradio tourner à fond, un régal pour les tympans au démarrage), Effie baissa le volume sonore à un seuil acceptable si l'on n'est pas sujet à migraine auditive. Non, il fallait baisser ce son, mais surtout pas pour le bien-être de sa passagère, ça non : pour qu'elle puisse lui parler, pardi !
Les monologues, d'Effie, première :
"Ca fait trop longtemps qu'j'ai pas taquiné la grosse bouboule, comme on dit, j'ai grave hâââte ! T'es forte toi, au bowling ? Parc'que moi, ça fait genre des plombes qu'j'ai pas joué à c'jeu-là, j'vais trop êtr' une quiche si ça s'trouve, ahah ! Faut dire, à chaqu' fois que j'fous mes pieds dans une sall' de jeux ou truc du genre, j'casse un truc et j'me fait foutr' dehors, non mais tu l'crois ça ? C'pas ma faute si j'mesure pas ma force t'sais, mais bon les gens en ont rien à foutr', tout c'qu'ils voient c'est que j'casse leur matos et qu'ça fait des frais, c'est dingue hein ? Même l'service comptable d'la boîte me fait chier avec ça maint'nant, c'est ouf, soi-disant qu'partout où j'passe j'leur fait des notes de frais, mais comme j'leur dis à chaque fois, c'pas ma faute aussi s'ils se sont plantés dans les réglages hein ! Mais bon, sont sympas les mecs, mais leur problème t'sais, c'est qu'i' comprennent rien à not' condition. Moi j'leur dis t'vois, j'ai que quat' ans aussi et du coup j'peux pas tout savoir, normal t'sais, mais i' veulent qu'ont soit aussi responsabl' qu'eux alors qu'en fait, on est rien qu'des gosses dans des corps d'adultes t'vois. Mais l'plus beau, j'te l'donne en mille..."
Voila pourquoi elle avait vraiment baissé le son de l'autoradio. Quant à savoir, entre le punk hardcore et les blablas d'Effie, ce qui était la torture la plus insoutenable, à chacun de se faire un avis sur la question. Et les avis, c'est comme les... Demandez la suite de cette phrase à Henok Bran, élève de l'IGS.
N'empêche, Effie était une vraie pipelette quand elle s'y mettait sérieusement, en voici la preuve s'il en fallait vraiment une. Heureusement que le bowling n'était pas bien bien loin et que la miss roulait très vite, sans quoi les neurones d'Audrey auraient fini par se suicider un à un... En fait, on aurait aussi bien pu résumer la conversation à quelque chose de très réduit, du genre : Effie casse tout ce qu'elle touche, Effie perd environ 50% de son salaire en remboursements divers, et de toute façon, ce n'est jamais de la faute d'Effie. Voila.

Bref donc, après le parkage au frein à main de circonstance, la torture cessa. Une fois le pied à terre, nos minettes non-naturels (sauf les seins) se retrouvèrent devant une salle de jeux d'imposantes dimensions, qu'une enseigne lumineuse nommait le "Lucky 7". En fait de bowling, on trouvait là-dedans tout un tas de jeux, des bornes d'arcade en passant les jeux de fléchettes et autres billards, sans oublier les machines à sous auxquelles le nom de l'endroit faisait référence. Oui, le triple 7, ou la promesse d'être noyé sous les biftons... Je sais, j'vends du rêve. Et en plus, il y avait un bar et aussi un espace karaoké. Est-il utile de préciser qu'Effie n'était, jusqu'ici, venue ici que pour boire sans rien casser ? Peut-être que ce détail aurait son importance d'ici une demi-heure.
Tout de go, notre tornade blonde pénétra dans le large bâtiment, tint la porte à Audrey, et se dirigea vers le comptoir. Tout juste le temps de s'imprégner de l'ambiance locale : musique country-rock alternant avec les morceaux electro à la mode, odeur de cire à parquet et de bière pur malt, bruit de boules de bowling roulant sur le bois avant de se fracasser en douceur sur leurs ennemies de quilles... Bah, rien de nouveau, ouais. Donc, elle héla un "serveur" (tiens, d'ailleurs, comment on appelle le monsieur qui prend le fric et donne les chaussures toutes moches ? C'pas vraiment un serveur donc... un chausseur ?), bref disons qu'elle héla le chausseur qui vint à leur rencontre :
"Deux parties de boules pour ma copine et moi... En tout bien tout honneur !"
Toujours aussi tendancieuses, ses répliques, je sais.
Enfin, le temps de récupérer une paire de groles toutes laides, usées par des milliers de pieds inconnus, et voila les demoiselles en piste, quoi.

Tout de go, Effie se dirigea vers l'un de ces supports à boules (ouh putain, j'sens que je vais pouvoir placer plein de jeux de mots salaces avec les boules moi !), boules qu'elle commença à soupeser (j'ai prévenu) d'une main experte (tant qu'à faire), avant de jeter son dévolu sur une paire de boules rutilantes (owi), chacune pesant 16 livres : elle avait donc choisi les boules les plus lourdes (la coquine) ! Il lui fallait bien ça pour s'amuser (tu penses bien...), surtout au vue de sa capacité mutante à soulever de grosses charges. Mais dans ses mains, ces boules faisaient comme le même poids qu'une paire de noisettes. Mais bon, ne pouvant trouver plus lourd, elle se contenterait donc de jouer avec ces boules-là.
Comme Effie était d'une grande politesse, malgré son parler chargé de gros-mots, elle avait donné le prénom d'Audrey en premier au chausseur. Ainsi donc, ce serait à miss Jensen que reviendrait l'honneur de tirer le premier coup (j'enfonce le clou, je sais).
"C'm'on, show me what ya got !" encouragea-t-elle Audrey en souriant joyeusement.
Le temps que sa grande copine opère, Effie s'installa sur une banquette près de leur piste attitrée, à la fois pour suivre du regard l'effort de sa camarade, mais également pour détendre ses muscles avant son propre tour. Ce n'était pas le moment de se faire un claquage en portant une grosse boule sans un petit échauffement préalable, n'est-ce pas ?

_________________


- Bad, motherfucker -
> Effie's in da place <
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thefacultychronicles.over-blog.com/
Audrey Jensen
Mutant de classe 5
Mutant de classe 5
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 22/05/2013
Age du perso : 33 ans d'expériences / 1 an dans ce corps
Humeur du perso : Passionnée

MessageSujet: Re: Et une autre journée qui commence! (libre)   Lun 17 Juin - 2:36

Oh mais qu'est-ce qu'il ne fallait pas entendre (à prendre avec un sourire, je vous rassure).  Enfin, c'était normal; Effie était encore une jeune femme dans le début de la vingtaine, pleine d'avenir, et qui avait été conçue pour prendre se poste.  Ainsi donc, un peu de vantardise était de mise et toute à fait pardonnable!  Et puis, Effie n'aurait pas été Effie sans ce petit côté d'elle-même; ça faisait parti de son charme, que voulez-vous.

Enfin, la chercheuse suivit Effie jusqu'à l'extérieur, sourire en coin.  Non vraiment, elle se comportait exactement comme une adolescente.  Même après trente-trois ans d'expérience, elle agissait exactement comme son ancienne elle-même l'aurait fait en entrant dans son premier laboratoire.  Seule différence: elle ne dégageait pas autant de joie que la jeune clone marchant près d'elle!  Non, Audrey gardait son côté encore adulte tout de même et, même si elle ne pouvait dénier être très heureuse de s'offrir cet avant-midi de congé, elle restait plus calme face à cette idée.

*Non mais je rêves!?  Elle a une mustang alors que je roule toujours dans une nissan???  Allez en science qu'ils disaient, vous ferez de l'argent qu'ils disaient!  Pfff... si on considère que les scientifiques sont ingénieurs ou médecins oui!*

Et avec se léger pestage (que vous croiserez sans doute très régulièrement) qui n'apparu que par une légère surprise face à la voiture, Audrey suivit Effie et se glissa, littéralement, sur la banquette côté passager et entrepris de boucler sa ceinture.  Néanmoins, elle n'avait pas encore terminé son action que sa compagne la mettait déjà en garde, entraînant chez l'adulte un léger froncement de sourcil.  Et c'est donc avec surprise qu'elle se retrouva collé à son siège, main ne pouvant que s'y cramponner, alors que la voiture démarrait.  Impossible de savoir de quel moment cela venait, mais une chose était sûr, l'ancienne Audrey devait avoir déjà rencontrer ce genre de conduite.  Et même si elle n'était pas particulièrement certaine d'apprécier ce genre d'expérience, le tout restait relié à l'image de journée ensoleillé sur Toronto ...ou alors à l'odeur d'alcool (je vous rassure, le chauffeur était sobre! ...du moins je l'espère).
Pour le reste du voyage, Audrey se détendit et s'appuya contre le rebord de la fenêtre ouverte.  Elle se contenta d'écouter Effie entamer son monologue avec un sourire, ne pouvant s'empêcher de penser qu'elle l'avait bien cherchée au fond.  Chacun son tour!

Enfin, une fois arrivée sur place, Audrey suivit Effie à l'intérieur, se notant mentalement de ne pas oublier qu'elle devait retourner travailler en après-midi.  Ce qui se traduisait par: pas d'arrêt au bar ...ou alors pour pas plus qu'un seul verre.  Après-tout, c'est pas parce qu'on possède son laboratoire qu'on a oublié comme s'amuser!

Ainsi donc, Audrey se retrouva sur l'allée à chausser une paire de chaussure bleu et rouge, comme on en retrouve sur toutes les allées de bowling du monde, et à se choisir une paire de boule de 6kg (parce qu'elle les préfères un peu plus petites).  Elle en essaya quelques unes, histoire de s'assurer que la prise était bonne (moi aussi je peux en faire), et fini par arrêter son choix sur une paire un peu plus colorée qu'elle ramena à la piste.

"C'm'on, show me what ya got!"
"Just watch me," lança-t-elle avec un sourire en coin, de manière à offenser quelques Québécois du temps de la grand-mère de son originale.

Elle tenait sa boule à deux mains, le corps penché vers l'avant, pied gauche devant et jambe droite fléchie.  Elle observait l’alignement de quille devant elle sérieux, mais sans pourtant se départir de son sourire.  Puis, la main gauche quitta la boule alors qu'Audrey commençait à avancer vers la piste.  De plus en plus rapidement, le bras droit entame son élan, et vlan!  La boule est partie sur l'allée, laissant une Audrey dans sa pose de bowling un cours instant (comme si elle faisait son propre effet de ralenti).
Et les sept de gauches sont parties!
Audrey prend la seconde, prend son élan et d'une main experte (même si l'expérience appartient surtout à son originale) vise les trois récalcitrantes.  La boule frôle les deux du centres qui tombent sans hésitation, mais laisse la petite dernière chancelante qui, après quelques millisecondes de suspense, reste bien droite.

*Hum... pendant que j'y pense...*

Audrey se retourna vers Effie, large sourire ou il était possible d'y voir une touche (ok un peu plus que ça) de condescendance amicale.  Et oui, même clonée, Audrey garde le corps de l'autre Audrey et cette dernière, je vous le rappelle, a passée plus de la moitié de sa vie à l'école.  Et des étudiants qui veulent sortir jouer un peu ça va où: au bowling!  Traduction: muahahahaha! plus d'une quinzaine d'années d'expérience dans le bowling récréatif entre amis!  Pas trop mal pour une gamine d'un an!

"Un petit départ en douceur," commenta-t-elle finalement en s'installant sur un banc de plastique, croisant les jambes et installant ses bras sur le dossier (l'endroit oblige), dégageant autant de nonchalance qu'il était possible pour Audrey en-dehors de son laboratoire.

_________________


~"Life's giving you a chance, just take it."~

Chercheuse en desing génétique et
Technicienne pour Echelon à temps partiel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie Aden
Mutant de classe 3
Mutant de classe 3
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 21/05/2013
Age : 31
Age du perso : 22 ans physiques / 4 ans en vrai
Pouvoir du perso : Super-force
Humeur du perso : Cool

MessageSujet: Re: Et une autre journée qui commence! (libre)   Mer 19 Juin - 2:47

Effie ne manqua pas de sourire en coin, en voyant l'honorable performance de sa consœur. Il eut été contre-productif d'éprouver de la jalousie, et puis ce n'était pas là une attitude bien cool à avoir. Or, si ce n'était pas cool, alors ce n'était pas Effie, c'est tout. Celle-ci, au contraire, salua cette première tentative de scoring, très honorable, d'un petit :
"Ah ouais, mêm' à froid tu mets la pression !"
Elle ajouta un clin d’œil complice à la réplique avant de se lever de son banc en étirant largement ses bras fins mais ultra-balaises. Puis elle moulina l'air de son bras droit, puisqu'étant droitière, afin de s'échauffer ce membre avant son premier carnage.

Autant se le dire tout de suite, la miss ne comptait pas spécialement gagner, même si son petit tempérament de compétitrice la pousserait tout de même à essayer. Après tout, c'est toujours cool de gagner. Mais, plus que l'hypothétique victoire, ce qui intéressait hautement notre blondinette, c'était la perspective de se défouler afin d'évacuer toute son énergie (et elle en débordait), d'abord, et puis d'en profiter pour épater la galerie éventuellement. Car s'il y avait bien une chose, une seule, qu'Effie adorait en dehors du simple fait d'être trop badass, c'était bien d'être le centre de l'attention. La preuve en avait été avec sa petite joute au bras de fer du matin, joute durant laquelle elle avait surkiffé d'être dans les yeux de tous les badauds présents à cet instant, d'être même le sujet de paris sportifs. Oh oui, ça, ça l'excitait à mort, d'abord parce que c'était trop cool, mais aussi à cause de la décharge d'adrénaline que ça provoquait toujours chez elle. Il n'y avait rien de mieux, à son avis, pour se sentir bien en vie. Des frissons, toujours des frissons ! Voila qui pouvait également expliquer le côté casse-cou de la mini-furie.

Bref, elle se dirigea donc vers le tapis roulant et saisit gracieusement sa paire de boules (c'est reparti ! Nan, j'vais rester poli), une dans chaque main, et commença à "jongler" avec. Jongler entre guillemets car elle ne débuta pas vraiment un vrai tour de jonglage, tout au plus les lançait-elle légèrement au-dessus de ses paumes, l'air semi-concentrée sur la piste. Piste dont elle s'approcha en sautillant comme si elle fut montée sur ressorts (l'excitation, toujours), et puis... Surprise : elle s'arrêta net à quelques 30 centimètres du parquet, comme si elle ne comptait pas du tout prendre de l'élan. Au contraire, elle déposa une boule sur le sol, cala son pied gauche dessus pour qu'elle ne s'échappe pas, et commença à mouliner l'air de son main droite, fermée sur l'autre objet de destruction massive (bah, entre ses mains, n'importe quoi le devient). Et puis, brutalement, elle inclina son buste tout en fronçant les sourcils, avant de férocement lancer son bras droit en avant. La boule fit un bruit étrange et aigu en rentrant en contact avec le parquet ciré, sans doute à cause de la vitesse de rotation, et puis elle fila tout droit vers les quilles, mais juste... Très vite ? Il ne se passa même pas une seconde entre le moment où elle avait lâché la boule et celui où elle percuta les quilles de l'autre côté de la piste.
*J'ai mêm' pas vu combien sont tombées...*
Ce qui était assez logique, vu le déroulement du truc. Au tableau des scores, la vitesse de tir d'Effie atteignait presque les 60 km/h, là où un joueur normal, habitué et costaud peinait à dépasser les 25. Hélas, si elle tirait vite et fort, miss Aden n'était pas bien précise : seules les 5 quilles de droite avaient été emportées par son boulet de canon.
La clone survoltée récupéra donc son autre boule, en effectuant une petite figure de football avec ses pieds, et se décala logiquement sur sa gauche pour aligner les quilles restantes. Même cinéma : quelques balancements de bras pour définir sa trajectoire, et "couiiic", la boule démarra une nouvelle fois en trombe dans un grincement.
"La pist' manqu' d'huile !" commenta-t-elle à haute voix tout en allant consulter son score au tableau électronique. Et comme par hasard...
"Neuf points chacune... On roxx' t'tes les deux, c'tout !"
L'explication se tenait, à l'entendre. Tout jovialement, elle tendit sa paume ouverte à Audrey pour un High Five, tout en se disant qu'elle allait profiter du tour de celle-ci pour aller leur chercher à boire... Des bières, trop cool. Cependant, nul doute que la partie commençait en tout cas, très sagement de sa part. Et d'une, elle n'avait encore rien cassé, et de deux, elle n'avait pas encore mis à exécution son idée de jouer en tirant les boules à coups de pied. Ça va peut-être venir...

_________________


- Bad, motherfucker -
> Effie's in da place <
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thefacultychronicles.over-blog.com/
Audrey Jensen
Mutant de classe 5
Mutant de classe 5
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 22/05/2013
Age du perso : 33 ans d'expériences / 1 an dans ce corps
Humeur du perso : Passionnée

MessageSujet: Re: Et une autre journée qui commence! (libre)   Ven 21 Juin - 17:54

Audrey observa le lancé d'Effie avec amusement. Il fallait bien l'avouer, il avait du style! De plus, le résultat était d'autant plus surprenant: excellente vitesse, bonne rotation et le tout appuyé d'un manque de contrôle considérable. En effet, là où avec ce boulet de canon, Audrey s'était attendue à voir disparaître dix quilles, seulement cinq d'entre-elles s'étaient envolées.
Là où on aurait pu y voir un problème d'habileté au bowling, la chercheuse venait plutôt de faire une addition aussi simple que 1+1=2: Effie ne contrôlait pas complètement sa force encore. Restait maintenant à savoir si il s'agissait d'un problème d'ordre biologique ou alors d'une simple négligence de la part de la jeune clone. Enfin, d'une manière ou d'une autre, il s'agissait d'un problème autour duquel elle devrait creuser avant de savoir quel angle donner à l'amélioration du pouvoir de sa compagne.
Oh comme elle espérait que cela ne soit qu'un problème de négligence! Après tout, sa spécialité était la génétique et même s'il lui arrivait d'avoir à jouer avec des neurones, c'était loin d'être sa spécialité! Et disons le franchement... elle les trouvaient franchement problématique pour rien et, même si elle savait en admirer la complexité et le fonctionnement, ces générateurs de connections électriques ne l'intéressaient pas outre mesure.

Enfin, maintenant que vous avez tous vu qu'Audrey est constamment connecté à son domaine (assez pour qu'elle continue à travailler de la maison, même en vacances), retournons au bowling.

La jeune femme sourit à la réplique et à la performance d'Effie. Égalité dès le premier tour... il faudrait corriger ça alors! Non pas qu'Audrey soit si compétitive que ça (enfin, à l'extérieur de son domaine bien sûr), mais l'idée de gagner étant toujours amusante, elle n'avait rien contre une saine compétition. Ainsi donc, la chercheuse se leva et s'étira tout en hauteur, montant même sur la bout de ses pieds, et s'avança vers le tapis portant ses boules colorées d'un pas léger.

"Il va falloir rectifier ça dit donc!"

Elle avait ponctué sa réplique d'un clin-d'œil, annonçant autant la légèreté du commentaire qu'une éventuelle possibilité de pimenter un peu plus la partie. Après tout, il s'agissait d'une partie entre copine et il n'était écrit nul part qu'il était interdit de s'amuser un peu plus. Enfin, pour l'instant, il était inutile de sortir ses coups spéciaux, la partie n'était pas encore assez avancée. Mais la porte restait bien ouverte!

"Oh fait," commença Audrey en s'avançant sur la piste, boule en main, "ça vous arrive souvent à Echelon ce genre de petites escapades sur les jours de travails?"

Et puis, sur cette petite question ponctuée d'une note d'humour (autant que de réelle curiosité, ne vous en faites pas), la jeune chercheuse se lança de la même manière que décrit précédemment, envoya sa boule vers les quilles et reproduisit son propre ralenti (parce que ça l'amusait). Néanmoins, elle du attendre le résultat un peu plus longtemps que lors du lancé de sa compagne. Et toute cette attente pour quoi? Une boule qui arrive en plein sur la quille centrale, fait tomber huit quille et laisse les deux du bord intactes!
Nooooooon!
Si l'auteur aurait pu s'amuser à chercher une solution physiquement possible lui permettant d'atteindre les deux cibles, Audrey, de son côté, était une quille en physique (c'est pas pour rien qu'il y a un biophysicien dans son laboratoire hein) et ce n'était certainement pas elle qui ferait ce genre de calcul. Ainsi donc, elle choisi d'écouter son coeur et de viser la quille de droite. Et c'est donc avec un effet dramatique qu'elle repris son lancé ...pour voir la boule passer à deux centimètres de sa cible! Comme quoi, elle aurait du se pencher un peu plus sur la physique des choses! (Et oui, l'auteur à un parti pris, que voulez-vous).

_________________


~"Life's giving you a chance, just take it."~

Chercheuse en desing génétique et
Technicienne pour Echelon à temps partiel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie Aden
Mutant de classe 3
Mutant de classe 3
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 21/05/2013
Age : 31
Age du perso : 22 ans physiques / 4 ans en vrai
Pouvoir du perso : Super-force
Humeur du perso : Cool

MessageSujet: Re: Et une autre journée qui commence! (libre)   Mar 25 Juin - 16:52

Ok, là c'était du sérieux. Le boulet qui se cache derrière Effie n'aurait pas atteint un tel score sur 2 lancers - et je parle bien du score d'Audrey, loin d'être médiocre ! -, ce qui laissait entendre le niveau de jeu de la concernée. Et Effie, ma pauvre Effie, elle devrait vraiment se donner un bon coup de pied au derche pour espérer rivaliser. Ou, à défaut, prier Sainte-Rita, la patronne des causes désespérées, pour que la chance joue en sa faveur, mais pas de bol pour la clone, elle ne connaissait pas Sainte-Rita. Et de là à prier, ce n'était pas du tout dans son caractère. Tout ce qu'elle entreprendrait jamais, ça serait à elle seule qu'elle le devrait, et c'était à son avis, très bien comme ça.

Quant à la question concernant Echelon et leurs habitudes, Effie était bien mal placée pour en parler. Elle qui faisait figure d'enfant terrible de la section d'élite, et qui trouvait toujours le moyen d'esquiver les côtés les plus chiants de son boulot - parce que, faut pas déconner, une réunion stratégique d'Echelon, même à un niveau proche du terrain, c'est chiant comme la mort -, elle s'arrangeait pour s'éclipser soudainement quand l'envie lui prenait. La vraie question demeurait finalement de savoir pourquoi diable on la laissait faire sa vie, alors que justement, ceci était très risqué. Bawi, avec son don inné pour mettre le bazar où qu'elle passe, une Effie en liberté a le potentiel de faire d'énormes dégâts en un temps record. Alors quoi ? Peut-être que c'était le prix qu'ils consentaient tous à payer pour avoir le luxe de compter des mutants aussi balaises dans leurs rangs, car malgré tous ses mauvais côtés, Effie était quand même une excellente membre d'Echelon, dont les résultat parlaient pour elle : elle cassait tout certes, mais ça servait toujours à quelque chose. Mais gageons que ceci sonnera très différemment, dès le jour où ce joyeux bordel finirait par dépasser les bornes des limites de l'acceptable.
"Bah... La vie c'est fait pour s'amuser, pas pour s'faire chier !"
Chose qu'elle faisait effectivement très bien, s'amuser. Une seconde nature.

Mais revenons à nos moutons. Même rengaine donc que pour le premier coup : le petit étirement/sautillement en se levant du banc, la récupération des deux boules avec petit numéro de jonglerie inclus, et la visualisation concentrée de la piste. Miss Aden avait remarqué que son poignet avait tendance à effectuer un quart de rotation vers l'intérieur, lorsqu'elle lançait, et elle tenta donc de se mettre en condition pour ne pas réitérer ce mauvais geste. Plus facile à dire qu'à faire, l'auteur parle d'expérience. Ainsi son premier tir dévia trop largement sur la droite et finit dans la gouttière.
"Rah, chiottes ! Mais quel' quiche, ma pauv' fille !" s'injuria-t-elle toute seule en contemplant le résultat de ce lancer foireux.
Elle reprit donc sa première habitude, qui avait été plus payante que cette tentative de modifier sa façon de jouer. Ajouté à son énervement d'avoir raté un coup, elle poussa un petit peu plus le bouchon en envoyant une vraie fusée dans le tas. Tactique payante : même si la boule aurait du ne renverser que les quilles de droite, la puissance de l'impact propulsa suffisamment fort ces dernières pour qu'elles bousculent également leurs homologues les plus à gauche. Ainsi le tableau afficha fièrement un strike, uniquement du à la force brute d'Effie et à la vitesse de lancer, proche des 70 km/h.
*Prochain coup, j'balance plein pot.* se dit-elle en souriant en coin. Elle pouvait se le permettre, maintenant qu'elle avait pris une petite option pour mener aux points.

En retournant à sa place, elle décida de rebondir sur la dernière interrogation de sa super-copine :
"Pourquoi, t'as pas l'droit d'aller t'amuser quand t'veux toi ? Ça march' différemment dans les lab' ?"
Chose qui lui paraissait insensée sur le coup : comment diable pouvait-on s'astreindre au travail, sans jamais prendre le temps de glander un peu pour soi ? C'eut été une aberration à ses yeux, clairement. Parce que la vie était trop courte, sans doute, pour ne pas en profiter un minimum.

_________________


- Bad, motherfucker -
> Effie's in da place <
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thefacultychronicles.over-blog.com/
Audrey Jensen
Mutant de classe 5
Mutant de classe 5
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 22/05/2013
Age du perso : 33 ans d'expériences / 1 an dans ce corps
Humeur du perso : Passionnée

MessageSujet: Re: Et une autre journée qui commence! (libre)   Ven 28 Juin - 21:41

Ah!  Ça c'était un résultat un peu plus réaliste pour le personnage.  Enfin, trêve d'analyse  et retournons au jeu.

Audrey sourit face au coup de sa compagne qui, quant à elle, ne tarderait pas à battre l'expérience de la chercheuse.  Bah oui, n'oublions pas qu'avant d'être clone, Audrey avait été étudiante et qu'est-ce que ça fait un groupe d'étudiant les jours de pluie?  Ça va jouer au bowling!  D'où les poses étranges et le côté très instinctif dans le jeu: elle ne s'était jamais vraiment concentré sur l'apprentissage du dit jeu.  Elle était plutôt du genre à dire que tout jeu demandant de lancer une boule n'était pas à prendre au sérieux.  Enfin passons.

La réponse d'Effie avait beaucoup de sens; surtout pour elle dont l'existence aurait dut se terminer un an plutôt.  De plus, considérant qu'il s'agissait d'une jeune clone résonnant comme une jeune adulte, la réponse n'avait rien d'étonnant non plus.  C'était même très bien comme philosophie à vrai dire et bien trop de gens avaient tendance à l'oublier, il fallait l'avouer.

"Pourquoi, t'as pas l'droit d'aller t'amuser quand t'veux toi?  Ça march' différemment dans les lab'?"


"Ça dépend," répondit la chercheuse avec un sourire.

Elle revoyait les années de son ancienne elle-même au doctorat et au post-doctorat... Là on peut dire qu'elle avait pris le temps de vivre.  Sortir du laboratoire "lorsque la science le permet", puis revenir tard le soir ou en pleine nuit pour satisfaire les caprices de ses cellules, mais passer ses après-midi ensoleillés dehors, étendue dans l'herbe à débattre ou à lire.  Sortir le midi pendant quelques heures ou bien fermer le laboratoire plus tôt pour aller prendre une bière...   Bref, malgré la charge de travail particulièrement intense que cela représentait, il y avait toujours ce petit côté "prend ça une journée à la fois et profite de la vie" qui ne se perdait pas.  On est bien à l'école...

Néanmoins, le laboratoire universitaire, même si moins contraignant niveau horaire était agréable, il gardait son point faible: l'argent.  Pour avoir côtoyé ces hommes et ces femmes se battant pour faire survivre leur laboratoire avec moins du stricte minimum, et s'en faire lors des longues et pénibles attentes du résultat des demande de financement, Audrey avait rapidement comprise qu'elle ne pourrait jamais se lancer dans une telle entreprise: elle n'aurait jamais été capable d'accepter que ce qui la faisait vibrer reçoive si peu de considération de la part du monde extérieur.

"C'est sûr que c'est beaucoup plus stricte que dans une Université...  On doit quand même des comptes à l'entreprise qui nous paye.  Mais on fait tous ce qu'on aime," ajouta Audrey d'un air rêveur.  "On a tous travaillés pendant plusieurs années pour en arriver là, et rentrer travailler peut nous procurer autant de joie que d'aller jouer au bowling.  Si tu passes un jour au laboratoire, tu verras par toi-même."

Enfin, encore là, de dire que c'était vrai pour tout les laboratoires, Audrey savait que ça aurait été mentir.  Mais pour elle était passé directement d'étudiante à posséder son propre laboratoire en entreprise, elle avait fait très attention de choisir son équipe avec soin.  Elle voulait pouvoir rentrer dans son laboratoire chaque jour et retrouver cette même passion avec laquelle elle avait passé sa vie.

"Aucun bureaucrate qui déteste se lever le matin chez-moi!"

Puis, réalisant qu'elle était restée assise à discuter pendant tout ce temps, la jeune clone se leva et retourna à la partie.  Néanmoins, avec tout ça, l'esprit de la jeune femme était devenu plus vaporeux, plus léger,  et vagabondait sans gêne vers ce qui était devenu sa maison.  Ainsi donc, distraite, la chercheuse ne réussi qu'à abattre quatre malheureuses quilles, suivit d'une gouttière.  Pas très bon pour la fiche de score ça!

[Petite surprise pour le prochain poste Wink]

_________________


~"Life's giving you a chance, just take it."~

Chercheuse en desing génétique et
Technicienne pour Echelon à temps partiel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie Aden
Mutant de classe 3
Mutant de classe 3
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 21/05/2013
Age : 31
Age du perso : 22 ans physiques / 4 ans en vrai
Pouvoir du perso : Super-force
Humeur du perso : Cool

MessageSujet: Re: Et une autre journée qui commence! (libre)   Lun 1 Juil - 15:32

Et si on faisait les comptes ? Déjà, ça donnera un peu de cachet à mon post et d'autre part, cela permettrait de savoir un peu où on en était de cette joute amicale !
Donc, voila où nous en étions :
Audrey : 7-2 II 8_ II 4_ II
Effie     : 5-4 II X II
Pour l'heure, le tableau indiquait donc 21 à 9 pour la chercheuse, mais le précédent strike d'Effie n'avait pas encore été compté, il le serait cependant après son prochain lancer.

En attendant son tour justement, la blondinette écouta d'un air absent les explications de sa copine sur le fait qu'elle adorait son travail et qu'elle y éprouvait même un certain amusement. Sa première réaction instinctive fut l'étonnement le plus total, pour une raison assez simple. En effet, elle connaissait fort bien l'univers des labos de recherche, déjà parce qu'elle y avait vu le jour, et d'autre part parce qu'en tant que clone de chez DNA, Effie était régulièrement amenée à retourner voir ses "géniteurs" pour passer des examens médicaux sensés vérifier son état de santé. Pourtant, à chacune de ces visites, elle n'avait pas trouvé grand-monde de bien souriant ou ayant l'air de s'amuser comme des fous. Du coup, elle avait instinctivement fait le rapprochement suivant :
Laboratoires = on s'emmerde grave.
Cependant, cette réflexion fut pondérée par un tout autre élément en faveur de la théorie (T=a²t) avec (T) en Travail, (a) en indice d'amusement et (t) en temps. Le travail, c'est donc du temps d'amusement : plus le facteur rigolade est important et agit sur une longue durée, et plus on aime aller au travail. L'élément en faveur de cette équation était tout simplement la propre expérience d'Effie concernant le monde fabuleux du travail. Elle, elle taffait à Echelon, au sein duquel la théorie se vérifiait : il lui arrivait en effet de beaucoup s'amuser durant l'exercice de sa fonction... Comme quand par exemple, elle faisait tout péter ou donnait des faceslaps en veux-tu en voila. Et dans ces moments-là, elle surkiffait le fait de travailler.
Ceci tendait donc à prouver que oui, on peut s'amuser au travail, CQFD. Mais le mieux, c'était encore de s'amuser en dehors du boulot : no limit, personne pour vous dire quoi faire ou ne pas faire, pas de supérieur venant vous souffler dans les bronches en cas de bévue, bref : le paradis terrestre.
"Moi j'pourrais pas m'amuser à c'que tu fais, les sciences c'po mon truc ! Mais au fond, p'tet que toi non-plus tu pourrais po t'amuser à c'que j'fais, donc... Du moment qu'on s'amuse dans nos trucs t'sais !"
Sur ces entrefaites, le chausseur arriva avec un plateau et déposa les deux bières qu'Effie avait commandées quelques 2 ou 3 posts plus tôt. La miss lui tendit sa carte bancaire avec un sourire jusqu'aux oreilles (ouais un sourire normal d'Effie quoi), en lui indiquant quelque chose qui le laissa un peu perplexe :
"Gardez-là sous vot' main, des fois que j'casserai un truc avant la fin... J'suis très maladroite disons !"
Il décida de prendre la réplique pour une vanne, et s'en alla pour chercher son appareil mange-carte, temps durant lequel Effie seleva pour effectuer son troisième lancer donc. Boules, jonglage, puis mise en application de sa sotte idée de balancer la première boule comme une sourde. La jeune clone contracta donc à fond les muscles de son bras droit, et abattit ce dernier avec une violence rare, résultant en l'expédition d'un boulet de canon à la vitesse sonique. Un "klong!" brutal se fit entendre de l'autre côté de la piste, attestant du fracas de l'impact de la boule dans la machinerie. 7 quilles furent emportées dans la foulée, laissant 3 orphelines sur le côté faible - à gauche donc.
Second tir : la même fusée quitta la main d'Effie, abattant les 3 malheureuses, dont l'une s'envola littéralement hors de la piste pour atterrir sur celle d'à côté, attirant les regards à la fois éberlués et mécontents des voisins de jeu du tandem. Et le serveur, qui revenait au même moment avec le lecteur de carte bancaire, lui lança presque le même genre de regard. Comme pour se rassurer, il jeta un oeil au tableau des scores, sur lequel était inscrit la vitesse de lancer d'Effie, et là, l'éberluement prit le dessus sur le mécontentement.
"Bin ça alors, vous envoyez du bois..."
Commenta-t-il lorsque Effie s'approcha de lui pour taper le code de sa carte sur la machine. Elle sourit immanquablement en rétorquant :
"Boaf, j'suis pas encore à mon max'."
Elle mentait un peu quand même : il lui serait tout de même difficile d'envoyer plus fort, à moins de lancer les boules sans les faire glisser sur la piste. Là oui, elle finirait par casser quelque chose.

Un coup d’œil sur les scores ?
Audrey : 7-2 II 8_ II 4_ II
Effie     : 5-4 II  X  II 7/ II
Ce qui signifiait : 21 à 29, et Effie qui prenait une petite longueur d'avance, mais rien n'était joué !

_________________


- Bad, motherfucker -
> Effie's in da place <
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thefacultychronicles.over-blog.com/
Audrey Jensen
Mutant de classe 5
Mutant de classe 5
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 22/05/2013
Age du perso : 33 ans d'expériences / 1 an dans ce corps
Humeur du perso : Passionnée

MessageSujet: Re: Et une autre journée qui commence! (libre)   Mer 3 Juil - 2:10

"That's the spirit!" lança la jeune chercheuse à sa compagne.

Elle avait tout compris: dans la vie, il faut choisir son occupation à la joie qu'elle nous procure, pas à cause du chèque de paye qui vient avec!

Le serveur arriva avec deux bières sous l’œil faussement réprobateur d'Audrey.  C'était donc ça qu'Effie était allée faire pendant son tour!  Bien que la jeune femme n'avait rien d'une petite nature et savait tenir l'alcool, boire avant le travail, en avant-midi qui plus ait, n'était peut-être pas l'idée du siècle.  Néanmoins, le mal étant déjà fait, elle accepta son verre avec plus d'amusement que de rétissance.  Il faudrait seulement s'assurer que sa compagne n'oublie pas qu'elle rentrerait dans son havre de paix cette après-midi.

"Bin ça alors, vous envoyez du bois..."

*Et bien toi t'as encore rien vu mon coco...*

Elle observa le serveur s'éloigner avec un sourire en coin, avant de prendre les deux bières en main et de se lever.  Un petit coup d’œil à la fiche de score au passage ne fit qu’agrandir son sourire; il n'y avait qu'une seule manière pour elle de gagner.  Restait à voir si c'était une bonne idée maintenant.
Audrey tendit un verre à Effie et trinqua avec elle avant de prendre la première gorgée.  Bière commerciale: pas les meilleurs, mais elles font l'affaire quand on n'a pas mieux.  Il faudrait veiller à corriger le tire et aller prendre une véritable bière dans une microbrasserie avec Effie.  Enfin, un autre jour car, pour l'instant, la jeune chercheuse posa son verre et revint vers la piste.

Alors qu'elle s'apprêtait à lancer la première boule de ce nouveau tour, deux jeunes gens s'avancèrent vers leur espace de jeu.  Un jeune homme et une jeune femme, tous deux visiblement dans la vingtaine et sans lien de parenté apparent.  Le jeune homme, pâle comme un drap mais visiblement en pleine forme portait un sourire entendu au coin des lèvres, mais loin d'être aussi prononcé que celui de la rouquine.  Celle-ci, pour ça part, abordait un sourire à peine moins prononcé que les sourires communicateurs à la Effie et leur posait un regard entendu.  Ses yeux oranges, semblant presque félins, donnaient l'impression de dire "je sais tout petites coquines".

"Jolie coup!" introduit la jeune femme à l'adresse d'Effie.  "J'suis Isis et voici Matthew!"

La dite Isis tendit la main à Audrey, étant la plus près, qui la pris d'un œil plus interrogateur qu'autre chose.  Elle était peut-être consciente qu'aborder des étrangers pour une raison ou une autre était rarement naturelle, mais elle ne pouvait s'empêcher d'être légèrement mal à l'aise avec une approche aussi directe que celle-ci.  Aussi, voyant l'expression de "l'aînée", le jeune homme repris la parole alors que la rouquine tendait la main à la blondinette.

"Comment dire..." entama-t-il, cherchant visiblement ses mots, "...on vous a remarqué de loin et bon... bah...  Enfin quoi, faut dire qu'on en croise pas souvent hein...!"

La chercheuse leva un sourcil en guise d'interrogation.  Ça ne disait toujours rien sur leurs intentions.  Aussi, la jeune clone préféra-t-elle leur laisser une dernière chance de s'exprimer correctement avant de leur poser une question claire.

"C'que Matthew essaie de dire," coupa pratiquement Isis avec bonne humeur, mais parlant tout de même plus bas, "c'est qu'on est mutants aussi."

*Ah bien sûr...* pensa Audrey avec un sourire en coin, *Pas très naturel comme vitesse en effet.*

En disant ces mots, Isis avait observée autour d'elle, guettant une éventuelle réaction qui ne vint pas.

"Et bas, comme y'a pas grand monde et que c'est rare de croiser des semblables, on voulait savoir si ça vous dirait de jouer la prochaine contre nous?  En mode spécial mutant bien sûr!"

Elle avait ponctué sa dernière phrase d'un clin d’œil et d'un sourire plein d'espoir.
De son côté, Audrey en avait profité pour jeter un coup d’œil à la salle.  Il y avait peu de gens.  C'était tout à fait normal à cette heure, et un jour de semaine qui plus ait.  On pouvait retrouver deux couples de personnes âgés jouer sur une allée un peu plus loin, ainsi que quelques gamins séchant les derniers cours de l'année aux arcades, puis les employés.  De sa seule année entant que mutant, la jeune chercheuse n'avait encore jamais expérimenter de mutanophobie et, pour elle qui trouvait ce genre de phénomène tout bonnement merveilleux et splendide, il n'y avait rien de mal à ça.  Néanmoins, mieux valait ne pas tenter le diable non plus.

Enfin, ne niant pas non plus y avoir songé à deux reprises déjà, elle finit par hausser les épaules et se tourner vers Effie.  Elle laissait la décision entre ses mains.


Matthew et Isis

_________________


~"Life's giving you a chance, just take it."~

Chercheuse en desing génétique et
Technicienne pour Echelon à temps partiel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie Aden
Mutant de classe 3
Mutant de classe 3
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 21/05/2013
Age : 31
Age du perso : 22 ans physiques / 4 ans en vrai
Pouvoir du perso : Super-force
Humeur du perso : Cool

MessageSujet: Re: Et une autre journée qui commence! (libre)   Lun 8 Juil - 15:03

[Rah les boules, post effacé à mi-écriture >_<
Disoulé du retard by the way ^^' ]


Effie observa l'arrivée des deux individus d'un œil avisé autant que naïf. Bawé, dans sa petite tête, toute personne d'à peu près son âge (physiquement parlant) pouvait potentiellement s'apparenter à un camarade de badasserie. L'occasion faisant parfois le larron... Bref, à les voir se présenter comme des mutants avoués, et fiers de l'être, la blondinette se dit qu'elle les aimait bien. Mais ceci ne valut pas sa réaction après qu'elle ait entendu la proposition de jouer à 4 dans une partie spéciale mutants.
Non mais sérieusement, vous imaginez ce qu'impliquait une telle proposition ? J'vais vous le dire, moi : ça impliquait une Effie débordante de joie à l'idée de dévoiler aux yeux de tous l'étendue de ses capacités et donc sa badassitude, ce qui impliquait par ricochet une cruelle augmentation des chances qu'elle finisse par casser quelque chose - ou quelqu'un. Vous voulez vraiment en arriver là ? Décidez-vous vite, ma blonde est déjà en train de sautiller de joie à l'idée.
"Si la seule règle est qu'ya pas d'règles, j'marche à donf' !"
Trop tard... On est foutus ! Tous aux abris !
Comme en guise d'avertissement de compétitrice, amical mais avide de victoire, Effie décapsula sa bière d'une pichenette avant d'en transformer la capsule en petite bille de métal qu'elle lança en l'air au-dessus d'elle... Avant de l'avaler. Débile profonde...

Cependant, avant d'en arriver à un déploiement d'ultraviolence made by the Aden Ultimate Badass, il y avait la partie en duo à conclure, et il restait encore 7 tours. Votons pour une ellipse qui nous permettrait éventuellement de voir arriver plus vite la perspective de se défouler à grands renforts de pouvoirs mutants. Alternant ses lancers de façon plus mesurée (histoire de ne pas trop impressionner les futurs concurrents, ce qui les ferait peut-être se rétracter) et quelques bribes de conversation durant les lancers d'Audrey, Effie se détendit en faisant connaissance avec Isis et Matt.
"Moi c'est Effie, et ma copine c'est Audrey. So, 'sup ? En fait, on dirait pas comm' ça, mais on bosse là ! Ouaip, on joue sur not' temps d'travail, rien à fiche ! Et vous, vous faites quoi dans la vie ? Etudiants p'tet ? Whatever, comme j'disais à Audrey, faut prendre l'temps d's'amuser t'sais, la vie c'fait pour ça. Surtout qu'nous on est pas comm' vous t'vois, on est des clones, ouais m'zelle ! Et fières d'l'être ! Pour c'que ça change t'sais : nous aussi on sait jouer au bowling, au baseball ou d'quoi, pareil. Mêm' qu'on roxx' pas mal si on veut, t'as vu ! Mais là j'me chauffe t'sais, à caus' d'mon pouvoir, mais d'ailleurs c'quoi les vôtr' au fait ?"
Blabla-woman in da place, en gros. Et ça ne faisait QUE commencer ! Pensez-vous, si elle croyait avoir trouvé là 2 nouveaux copinous, elle allait vite leur faire comprendre le genre de mini-miss qu'elle était - comme si son physique sur-tatoué ne suffisait pas à se faire une idée sur la question.

[Je te laisse l'initiative de faire parler les PNJ, ou bien si tu veux on se les partagera Razz ]

_________________


- Bad, motherfucker -
> Effie's in da place <
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thefacultychronicles.over-blog.com/
Audrey Jensen
Mutant de classe 5
Mutant de classe 5
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 22/05/2013
Age du perso : 33 ans d'expériences / 1 an dans ce corps
Humeur du perso : Passionnée

MessageSujet: Re: Et une autre journée qui commence! (libre)   Mer 24 Juil - 21:23

[I'm an horrible person TT_TT]

Effie fut sans doute heureuse de découvrir en la personne d'Isis une fervente adoratrice d'histoires de mutants à dormir debout, ainsi qu'une concurrente valable pour son débit verbale!  Parce que si Isis collectionnait les histoires de mutants, elle était la première à les enjoliver et à les raconter à qui voulait bien les entendre et célébrer la gloire mutante!  Elle trouve d'ailleurs les clones "super cool" et risque de poser plusieurs questions à ce sujet une fois l'ellipse terminée; c'est après tout la première fois qu'elle en rencontre et elle compte bien enrichir sa banque d'histoires de mutants romanesques!

De son côté, Matthew semblait plus qu'accoutumé à ce genre de conversation.  Il ne chercha pas à s'inclure plus qu'il n'était humainement possible de le faire et semblait en mesure de suivre parfaitement ce genre conversation cacophonique.  Il n'était pas possible de dire s'il en s'amusait ou s'il s'y intéressait réellement; Audrey pariait sur un bon mélange des deux.  Aussi, considérant la difficulté de s'inclure dans ce genre de conversation, le jeune homme en profita pour suivre les deux clones et s'offrir, à Isis et lui-même, une première consommation.

Au cours de la dite ellipse, Effie et Audrey purent également en apprendre d'avantage sur le duo.  Même s'ils préféraient garder le dévoilement de leur pouvoir pour la partie (parce que c'est plus drôle comme ça!), ils expliquèrent tout de même qu'ils s'étaient rencontrés à l'Université.  Isis avait rapidement décrochée, se convainquant finalement que le mieux dans la vie n'était pas la carrière que ses parents choisiraient pour elle, mais bien le petit magasin qu'elle désirait s'ouvrir.  Elle travaillait donc dans une petite boutique du centre-ville le temps de prendre de l'expérience.  Et quant à Matthew, il terminait ses cours de psychologie et espérait pouvoir bientôt ouvrir un centre d'aide pour "mutants en détresses".  Peut-être un future membre du personnel de l'IGS, qui sait?

Enfin, suite à une partie qui se solde sur la victoire d'Effie et ses boulets de canons, deux noms s'ajoutent sur l'écran et on songe à entamer la fameuse partie spéciale mutants!

Il était maintenant 10h45 et Audrey commençait à regarder sa montre de plus en plus régulièrement.  Non pas qu'elle n'appréciait pas la bonne compagnie et le bowling, mais clone ou pas, Audrey reste Audrey et elle ne vit que pour son laboratoire!  Même si elle n'avait jamais été du genre à suivre le traditionnel "8 à 4" et menait son petit coin de paradis (selon elle-même) plus comme un laboratoire universitaire que commercial, qu'elle avait prévu rentrer plus tard ce jour-là et que "les assistants de recherches c'est fait pour ça"... l'effet de la "séparation" commençait doucement à se faire sentir.

*Non non, ils sont capable de vivre sans toi.  Et puis, avec Alain, comment ça pourrait mal tourner?*
Alain étant le fameux assistant de recherche!
Et puis, si ça trouvait, la loi de Murphie s'appliquerait: la magie opère toujours lorsqu'on est absent!
Bref, raison de plus pour profiter de la matinée!

"C'est parti!"

Isis se lève, première sur la liste, et s'étire de tout son long. Elle prend une boule de taille moyenne et la tient devant elle, observant la piste et alignement de quilles au-dessus de la boule bien ronde. Ses pupilles se dilates de manière typiquement féline, ne laissant plus place à beaucoup de doutes sur la nature de sa mutation, et elle s'élance! Comptant bien rivaliser avec Effie et se la jouer les m'as-tu-vue, la rouquine entreprenant une démonstration d'agilité et effectue une pirouette (incluant un instant d'équilibre sur la boule de bowling elle-même, la tête en bas) sur la piste et lance le projectile dès qu'elle se remet sur ses pieds. La dite démonstration joue un peu sur la précision du tire qui ne percute que huit quilles. Elle prend donc la seconde et, un roulement des épaules plus tard, fait s'abattre les deux dernières!

Elle lance un clin d'oeil entendu à Matthew puis: "Je sais que c'est cliché mais... mes amies m'appellent aussi kitty."

Audrey sourit à cette réplique et donna un coup de coude entendu à sa compagne.

"Je crois que tu as de la concurrence!"

Même si, entant que rat de laboratoire affirmée, Audrey n'avait pas de penchant pour les démonstrations physiques, ce genre de prouesse impressionne toujours. Ce n'était certainement pas elle qui parviendrait un jour à faire ce genre de chose, nouveaux pouvoirs mutants ou non! (Notez ici que ça, c'est son avis, pas la mienne!) Il fallait donc compter sur Effie pour rétablir la balance et espérer que Matthew ne fasse pas quelque chose de trop extraordinaire, ou alors elle se sentirait toute petite! Et ça... ce n'est pas une bonne chose lorsqu'on n'aime pas finir dernier.

Enfin!
Suivant Isis, c'est le tour d'Effie! Parviendra-t-elle à battre le coup spectaculaire de la féline? Ou alors préférera-t-elle rivaliser dans le spectacle? Et qu'en est-il de l'encore mystérieux pouvoir de Matthew? La réponse dans le poste suivant!

[Je suis pardonnée dit ^^"??
Tu peux t'amuser comme tu veux avec les PNJ, je n'ai rien défini pour eux encore; on composera à deux à mesure que ça avance! ^-^]

_________________


~"Life's giving you a chance, just take it."~

Chercheuse en desing génétique et
Technicienne pour Echelon à temps partiel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie Aden
Mutant de classe 3
Mutant de classe 3
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 21/05/2013
Age : 31
Age du perso : 22 ans physiques / 4 ans en vrai
Pouvoir du perso : Super-force
Humeur du perso : Cool

MessageSujet: Re: Et une autre journée qui commence! (libre)   Ven 2 Aoû - 14:30

[Pas de prob, j'ai aussi un petit rythme de postage ces temps-ci ^^ ]

Si Effie avait été douée d'une double-personnalité, alors son côté lumineux aurait totalement désapprouvé ce qui allait suivre, tandis que l'autre côté, l'evil-side, aurait encouragé, applaudi même. Mais, faute de vivre à plusieurs dans ce corps d'apparence chétive ou cette tête de linotte, la blondinette ne vécut aucun dilemme intérieur quant à la suite des opérations. Au contraire, c'est avec son culot caractéristique qu'elle répondit :
"Ah ouais, donc on s'la joue grand spectacl' ? No prob', j'peux faire mieux qu'ça !"
A son tour, donc.

L'envie lui brûlait de se tenter un lancer comme ça, alors elle n'avait plus qu'à s'affranchir des dernières traces de retenue, qui décidément ne pouvait pas lutter à armes égales contre la badassitude extrême d'Effie. La paire de boules dans les mains, elle effectua le petit numéro de jonglerie auquel elle nous avait déjà habitué précédemment; à ceci près que cette fois, la boule qui finit calée sous son pied droit était plus près de la ligne que les fois d'avant.
"Elle va pas faire ça ? Elle va pas le faire ?" s'inquiéta le réservé Matthew, sans doute partagé entre incrédulité et excitation.
Si si, elle va le faire !

Après avoir pivoté sur la gauche et reculé sa jambe droite, miss Aden commit une audacieuse volée liftée qui aurait rendu un Beckham lui-même admiratif. La boule de bowling décrivit en effet une courbe vers la gouttière de droite avant de revenir dans l'axe de la piste, le tout avec une hauteur de vol assez basse pour la faire rebondir sur le parquet juste avant l'impact dans les quilles. Sept quilles succombèrent sous cet assaut tellement out of nowhere, mais aussi tellement roxxatif qu'il méritait à lui seul de figurer dans le Guiness Book, ou en vidéo youtube atteignant le milliard de vues en 1 semaine.
"Holy crap ! J'tais sûre d'en tomber moins qu'ça !" avoua-t-elle, surprise par sa propre performance.

Les trois dernières quilles étaient néanmoins encore debout, et Effie comptait bien y remédier pour coller Isis au score. Or, elle savait d'avance qu'une frappe similaire manquerait de précision. Plan B, aussi connu sous le nom à rallonge suivant : "méthode 312 pour dégommer des quilles en faisant tout et n'importe quoi". Exécution !
Ce lancer-ci ressemblait davantage à un tir au but de la part d'un handballeur : il s'agissait d'un jeter de boule à proprement parler, pointant vers les trois survivantes du soccerpocalypse qui s'inclinèrent bien bas face à la démonstration de brutalité pure. Même la machinerie protesta d'un couinement mécanique. Effie pensa tout de suite au chausseur et à la proposition de lui laisser sa carte bleue pour payer les futurs dégâts. A cet instant, le gars devait se mordre les boules en voyant les furies s'exciter sur sa précieuse piste, maltraitant parquet, machine et boules dans une escalade de violence ludique et drolatique.
N'empêche, égalité entre les deux plus givrées du lot. Ça promettait pour la suite !

_________________


- Bad, motherfucker -
> Effie's in da place <
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thefacultychronicles.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et une autre journée qui commence! (libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et une autre journée qui commence! (libre)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» kit main libre - Micro
» impossible de connecter lumia 610 a mon gps qui faisait main libre avec mon précédent nokia ?
» [REQUETE] Lecteur de flux RSS autre que RSS Hub ?
» [REQUETE][RESOLU] Mode Haut-parleur main-libre ou mode normal grâce au proximity sensor
» Réserve de figurines (zombies, squelettes, ou autre..)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DNA - Evolution :: DNA - Logements :: Rez-de-chaussée :: Restaurant-
Sauter vers: